Brio, Duplo, Plarail… Quel train pour quel âge ?

Qui n’aime pas les trains ? Réponse : personne. Sauf les gens qui habitent en bordure d’une voie ferrée très fréquentée et qui ont le sommeil léger, et les gens qui détestent les trains. Il est donc assez logique que décennie après décennie, les trains occupent une place de choix dans les magasins de jouets.

A mi-chemin entre le jeu d’imitation (comme les petites voitures) et le jeu de construction (comme les Lego), les circuits de trains ont l’avantage d’être évolutifs. On peut commencer avec quelques rails, une locomotive et un ou deux wagons, et progressivement, au fil des ans, se constituer de quoi reproduire tout le réseau ferroviaire français dans sa chambre (à condition d’avoir une grande chambre).

Mais cette évolutivité ne fonctionne qu’à la condition de rester suffisamment longtemps sur la même gamme de trains. Car les différents systèmes ne sont bien sûr pas compatibles les uns avec les autres. Du train en bois Brio au train électrique pour les grands en passant par les trains Duplo et le système japonais Plarail, voici un petit panorama des différents systèmes de trains-jouets, avec leurs points forts et points faibles et les tranches d’âge correspondantes (basée sur ma propre expérience et les tests réalisés avec E. et U.).

Vous remarquerez que je ne parle ici que des systèmes de trains, autrement dit les gammes comportant plusieurs boîtes, régulièrement étendues : les kit one-shot lancés de temps en temps par tel ou tel fabricant sur un coup de tête et absents des magasins un an plus tard ne présentent pas un grand intérêt.


Brio : le train en bois à l’ancienne

  • Tranche d’âge : de 2-3 ans à 7-8 ans
  • Encombrement des circuits : faible
  • Energie : manuel ou piles

De façon générale, je ne suis pas fan des jouets en bois ; ou plutôt, je ne considère pas que le matériau de fabrication est un critère de qualité ludique. Il existe des jouets en bois complètement nuls, et des jouets en plastique absolument géniaux. Et inversement.

Les trains Brio (et leurs copies) font partie des jouets en bois que je trouve vraiment bien. Le système d’assemblage fonctionne bien et est très simple à manipuler, la gamme est assez étendue et maintenue dans la durée, le matos est plutôt solide, et le design des trains est sympa (il n’y a pas le côté vieillot que certains fabricants de jouets en bois se sentent obligés d’appliquer pour un effet pub knacky Herta).

En général, on joue aux trains Brio comme on joue avec des petites voitures : on les pousse à la main. On peut bien sûr se procurer une des rares locomotives motorisées (piles ou batterie rechargeable), mais la plupart des trains vendus sont sans moteur. C’est donc le train idéal pour de très jeunes enfants.

Les articles de la marque Brio sont assez chers, mais on trouve des copies compatibles notamment chez Toys’R’Us (sous la marque Universe of Imagination) et Ikea (Lillabo). La qualité est inférieure, mais la différence de prix est significative.

Aux alentours de ses 3 ans, E. avait reçu un gros coffret Universe of Imagination contenant un circuit avec des ponts, aiguillages, une gare, une grue… 7 ans plus tard, ce train est encore utilisé, par U. (4 ans). Il arrive même à E. (9 ans) de s’y remettre de temps à autre.

Points faibles

  • Assez cher
  • Peu de trains motorisés
  • Design et concept ludique moins attirant pour les grands

Points forts

  • Simple à prendre en main
  • Solide
  • Assez facile à trouver dans le commerce
  • Des copies compatibles et moins coûteuses
  • Gamme soutenue dans la durée
  • Tranche d’âge assez large


Duplo : le train Lego pour les petits

  • Tranche d’âge : de 3 à 5 ans
  • Encombrement des circuits : élevé
  • Energie : manuel ou piles

Les premiers trains Duplo ont été lancés par Lego en 1983.

Depuis, la gamme semble faire des allers et retours dans le niveau d’attention que Lego lui accorde. Ainsi, on a vu l’année dernière un effort particulier avec le repackaging d’anciens sets, une campagne de promo pour l’accompagner, une mise en avant dans les magasins, etc. C’est un des points faibles des trains Duplo : certaines années, il est difficile de trouver de quoi étendre une collection. L’autre point faible (et le principal à mon avis) c’est la tranche d’âge très courte à laquelle s’adressent ces trains (comme d’ailleurs à peu près toute la gamme Duplo). Avant 3 ans, la plupart des enfants ne peuvent pas assembler les éléments Duplo. Et dès 5 ans, les Lego classiques deviennent accessibles – et sont bien plus attirants (surtout si on a un grand frère ou une grande sœur qui est équipé…).

U. (4 ans) est équipé depuis un peu moins d’un an, mais il préfère jouer avec les Lego de son frère, et en matière de trains le Brio et le Plarail (voir plus bas) l’attirent plus.

Sauf si vous avez un projet de famille nombreuse avec une succession d’enfants en bas âge qui vont chacun à leur tour utiliser les trains Duplo, ou si vous êtes une garderie ou une assistante maternelle, ce n’est pas forcément le meilleur investissement à faire.

Points faibles

  • Age : fenêtre de tir très limitée
  • Soutien de la gamme variable suivant les années
  • Nécessite pas mal de place dans la chambre pour les circuits
  • Système propriétaire Lego, pas de copies compatibles

Points forts

  • Solide et facile à manipuler
  • Compatible avec tous les autres Duplo
  • Prix correct


Lego : des trains personnalisables

  • Tranche d’âge : à partir de 8 ans, jusqu’à l’âge auquel on n’aime plus les Lego (normalement, c’est l’âge du décès)
  • Encombrement des circuits : moyen
  • Energie : manuel ou piles

Les tout premiers sets de trains Lego motorisés ont été lancés en 1966. Un peu comme les trains Duplo, les trains Lego sont plus ou moins présents dans le catalogue chaque année. Les kits actuels sont très attirants, avec des trains très détaillés (alimentés par piles), un système de rails qui fonctionne bien, un système de moteur radiocommandé très bien pensé (contrôle de la vitesse et du sens de parcours), et bien sûr la compatibilité avec toute la gamme Lego permettant d’imaginer toutes sortes de trains (oui, même un train ewok).

Ce niveau de détail et cette liberté de construction des locomotives et wagons sont aussi, comme tous les sets Lego récents conçus pour réaliser un modèle bien défini, leurs points faibles : entre les mains d’enfants trop jeunes, les belles locomotives visibles sur la boîte du set seront rapidement réduites à l’état de tas de pièces mélangées. C’est ce qui s’est passé chez nous, E. ayant eu un train Lego à l’âge de presque 6 ans, et ce train étant aujourd’hui dilué dans diverses caisses de pièces Lego. Autant dire qu’il est pratiquement impossible de le reconstruire dans son état initial.

Il vaut donc mieux réserver les trains Lego à des enfants plus âgés, qui seront capables de ne pas complètement détruire leur construction sans l’assurance de pouvoir la refaire plus tard.

Points faibles

  • Risque de mélange des pièces
  • Circuits un peu encombrants (moins que Duplo mais plus que Brio)
  • Gamme assez limitée

Points forts

  • Solide et fonctionnel
  • Commande à distance
  • Compatible avec tous les autres Lego


 Plarail : le Brio japonais, par Takara Tomy

  • Tranche d’âge : de 3 ans à 10-12 ans
  • Encombrement des circuits : faible
  • Energie : piles

Malheureusement pas distribués en France, les trains Plarail sont fabriqués par le géant japonais du jouet, Takara Tomy ; c’est le pendant ferroviaire de la gamme Tomica dédiée aux petites voitures type Hot Wheels ou Majorette. Au Japon, on trouve des sets Plarail dans tous les magasins de jouets, avec des rayons très fournis ; il s’agit très nettement du standard qui s’est imposé dans le pays sur le créneau des jouets ferroviaires pour enfants. Cette domination durable du marché permet, malgré un système propriétaire, de ne pas se sentir enfermé.

Le principe général des trains Plarail est assez proche de Brio, à la différence du matériau : le plastique remplace ici le bois, avec des rails bleus caractéristiques et des trains plus réalistes. L’assemblage est très simple, ce qui permet à des enfants très jeunes de prendre en main les kits. Les locomotives sont motorisées (piles) et des rails avec diverses fonctions spéciales sont proposés, permettant de développer des circuits sur lesquels circulent plusieurs trains.

Le train et le goût de la collection occupant tous deux une place privilégiée au Japon, on trouve des dizaines de modèles de locomotives et wagons différents, avec des nouveautés chaque année, reproduisant les principaux trains des compagnies ferroviaires japonaises, du célèbre shinkansen au petit train de montagne, en passant par des trains fictifs (Disney, Chuttington…). Les prix – au Japon – sont très corrects, surtout si vous allez dans les bons magasins (cf. conseils ici). On en trouve quelques boîtes en import, par exemple sur la Marketplace Amazon.

Testé et approuvé par E. (9 ans) et U. (4 ans), le système Plarail représente pour moi le meilleur compromis entre la richesse des possibilités de construction et la simplicité de prise en main. Compte tenu de la très grande étendue de la tranche d’âge qui peut s’amuser avec ces trains, c’est également un investissement durable. A condition bien sûr de réussir à s’en procurer…

Points faibles

  • Quasiment introuvable en France
  • Nécessite des piles

Points forts

  • Excellente adaptabilité aux différents âges
  • Solide, simple d’utilisation
  • Nombreuses possibilités de construction
  • Très large choix de trains et rails (au Japon)
  • Compatibilité avec les circuits de voitures Tomica


Les trains électriques, type Jouef et consors

  • Tranche d’âge : à partir de 10 ans
  • Encombrement des circuits : faible
  • Energie : électricité secteur

Je termine avec les classiques trains électriques, qui se trouvent à la limite entre le jouet et le loisir pour adultes. Les prix auxquels sont vendus la plupart des kits aujourd’hui réduisent d’ailleurs beaucoup la possibilité de voir ces trains comme des jouets pour enfants.

Mais on trouve quand même quelques sets de démarrage Mehano (voir le Thalys et le TGV) ou Pico à des tarifs abordables, principalement sur internet car les magasins de jouets en proposent très peu (voire pas du tout en dehors des périodes de Noël où il arrive qu’un malheureusement set TGV trouve son chemin jusqu’aux rayons de Toys’R’Us) et les magasins de modélisme vendent essentiellement du matériel haut-de-gamme pour adultes (ou enfants de familles très riches dans lesquelles ce n’est pas grave de bousiller une locomotive à 200€).

Des deux principales échelles, HO (1:87) et N (1:160), le HO est le plus adapté pour les enfants. L’échelle N, deux fois plus petite, s’adresse clairement aux modélistes, ce ne sont plus des jouets.

Par rapport aux autres systèmes de trains, les principaux atouts du train électrique HO sont le standard international qui perdure depuis des décennies et permet donc une compatibilité entre les différentes marques, le réalisme des trains, rails et décors, et l’alimentation par les rails, qui permet à la fois de contrôler les trains à distance et de se passer des pénibles piles. Ces dernières années, des systèmes de commandes numériques se sont développés, permettant de commander différents trains sur un même circuit, chacun recevant son propre signal via les rails.

Points faibles

  • De moins en moins de possibilités d’achat abordables en tant que jouets
  • Très fragile, à ne pas mettre entre toutes les mains

Points forts

  • Réalisme
  • Possibilité de créer des circuits complexes
  • Commande des trains à distance
  • Pas de piles
  • Standardisation, compatibilité entre les différentes marques


Les outsiders

J’ajoute ici quelques systèmes de trains que je ne connais pas personnellement, mais qui peuvent être des options intéressantes, à condition que les fabricants soutiennent réellement les gammes dans la durée.

  • Chuttington Die Cast : un système basé sur la gravité. L’enfant construit un circuit en hauteur, que le train descend. J’aime bien l’idée, qui rappelle les jeux modulaires de descente de billes. Et la gamme semble assez étendue et soutenue.
  • Geotrax par Fisher Price : à mi chemin entre les trains Duplo et les Plarail Tomy, avec malheureusement un ciblage de tranche d’âge assez restreint.
  • VTech Tchou Tchou Bolide : ciblant clairement les très jeunes enfants, ce système ne présente pour moi pas un grand intérêt par rapport aux trains en bois type Brio, si ce n’est quelques fonctions interactives en plus. La gamme est extrêmement limitée.

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. david dit :

    C’est marrant je viens d’acheter un circuit tiomika pour mon fils, trouvé dans un tout petit magasin de jouets… J’ai l’impression que tomy distribuait ses jouets jusqu’en 2012 puis à arrêté. Quels circuits as-tu et où les as-tu trouvé ?

    • Stéfan dit :

      E. (9 ans) a un circuit Shinkansen N700 (je crois que c’est exactement celui de cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=B7i839ciuOk), et U. (4 ans) un circuit Chuttington. On a aussi des rails et aiguillages supplémentaires.

      On a tout acheté au Japon quand on y est allés avec E. en 2012 ; il avait gardé de l’argent reçu à son anniversaire pour s’acheter quelque chose là bas, et il a flashé sur ces trains.

      Vraiment dommage qu’ils ne soient pas distribués en France…

      • david dit :

        Tiens je viens de voir en magasin la grande récré le grand circuit Metropolis tomica (et je l’ai acheté d’ailleurs ) La boîte était bien abîmée, elle a passé 2 ans en rayons. Plarail n’a été distribué en France que en 2012

  2. Sophie dit :

    Merci super papa pour ces avis très intéressants et pour l humour fin employé qui rend la lecture très agréable.

  3. Le Rouge dit :

    Il y a un biais dans votre test. Je ne vais pas revenir en détail sur les circuits Tomica, j’en ai un suite à votre test. Je ne suis pas d’accord sur la place prise par celui ci. Vu qu’il est possible de mettre des éléments comportant des voitures, cela prend énormément de places en fin de compte. En outre, il n’y a aucun jeu possible entre les différents rails. Si il vous manque une pièce, on est foutu. Chez Duplo, il y a du jeu, j’ai réussi à boucler des circuits grâce à cette possibilité. C’est aussi beaucoup plus résistant que les trains TOMICA notamment quand vous avez des enfants de 2-3 ans. Concernant l’âge, mon fils joue plus avec Duplo qu’avec son train tomica/plarail. Vous avez de grands enfants donc il est naturel pour le petit dernier de suivre les grands. Pour un premier enfant en bas âge, le Duplo le bat à plates coutures. Et même si la fenêtre d’âge d’exploitation est moins importante, de mon point de vue il y a pas photo. C’est surtout très difficile de s’en procurer sans payer des frais de ports très importants ce qui annihile le côté bon marché du produit surtout que certains éléments sont à des tarifs prohibitifs vu la qualité de plastique.

    Passons à Brio, les rails compatibles sont parfois désastreux. Je m’explique. Ikea en produit notamment, ce ne sont pas tout à fait la même taille, il y a un jeu beaucoup trop important entre les différents rails, la locomotive électrique avance mal, elle butte tout le temps. Donc si on veut que ça tourne bien, il faut du brio impérativement.

    • Stéfan dit :

      Merci pour ce retour.

      On ne peut pas blâmer les circuits de trains Plarail pour la place prise par les éventuels ajouts de circuits de voitures Tomica… Ce serait comme reprocher aux trains Duplo leur encombrement du fait de toutes les constructions Duplo qu’on peut faire par ailleurs…

      Concernant le jeu entre les rails : effectivement, il n’y en a pas sur les rails Plarail contrairement à d’autres systèmes. Ce qui les rapproche des systèmes de trains électriques « pour les grands ».

      Boucler un circuit Duplo quand il manque des rails : oui, dans une certaine mesure… car plus les rails sont gros, moins la « résolution » est élevée, et plus il faut de place et de pièces pour avoir de la souplesse.

      Sur la durée de la fenêtre d’exploitation, le fait que ce soit le 1er ou le 2nd enfant auquel le jouet s’adresse, c’est très différent, vous avez raison. Un train Duplo acheté pour le 1er enfant sera d’une part utilisé plus longtemps par lui, et en plus servira aussi au 2nd.

      Concernant Brio : les copies Ikea ne sont effectivement pas top, par contre chez moi aucun problème avec les copies Toys’R’Us (marque « Universe of Imagination »). On en a un kit complet depuis 7 ou 8 ans, il y a bien sûr 2 ou 3 rails qui ont vu leur fixation cassée depuis, mais franchement pour la différence de prix vs. Brio, c’est une excellente affaire.

Réagir à cet article