Que savons nous sur Super Nintendo World à Universal Studios Japan ?

Le Japon a un plan secret : augmenter considérablement sa fréquentation touristique, actuellement autour de 20 millions de visiteurs par an, pour atteindre 40 millions en 2020 et 60 millions en 2030. Ce plan s’accompagne de tout un tas de mesures absolument pas drôles à expliquer, comme des histoires de duty free, d’aéroports ou de panneaux de signalisation. Et il y a des choses plus amusantes, comme les JO de Tokyo 2020, et (ce qui ne peut pas être un hasard de calendrier) l’ouverture annoncée en 2015 de la zone Nintendo dans le parc Universal Studios situé à Osaka, également pour 2020. Fin 2016, une vidéo conjointe Nintendo / Universal donnait quelques orientations générales sur le concept.

Après Harry Potter en 2016, puis Les Minions en 2017, Universal Studios Japan continue donc son expansion, face aux deux parcs Disney situés à Tokyo (Disneyland Tokyo et Tokyo Disney Sea). Nous l’avons visité en avril dernier, et je dois dire que nous avons été très agréablement surpris, avec de nombreuses attractions supérieures techniquement à ce que proposent actuellement les parcs Disney, et des temps d’attente beaucoup plus raisonnables. De toute évidence, l’ouverture de Super Nintendo World va donner un énorme coup de fouet à la fréquentation du parc, et à son rayonnement international puisque ce sera une première mondiale, attendue de pied ferme par tous ceux qui ont eu entre les mains une manette Nintendo depuis la NES dans les années 80, à la Switch en 2017. Mario n’a à vrai dire plus grand chose à envier à Mickey, dans la catégorie des icônes mondiales de la pop-culture.

Universal Studios et Nintendo distillent doucement mais sûrement des informations sur ce futur parc dans le parc, avec en décembre 2016 un concept-art (ci-dessus, en début d’article) montrant une dominante visuelle Mario (aucune trace visible de Zelda, Metroid ou Pokémon – dont il serait étonnant qu’ils ne soient pas présents sous une forme ou une autre). Et la semaine dernière, une première publicité officielle et un événement de début des travaux en présence de big boss habillés en Mario, dont deux que ça ne fait pas rire du tout (surtout le PDG du parc, J.L. Bonnier, le premier à parler) et un beaucoup plus à l’aise (Shigeru Miyamoto).

On nous promet des attractions immersives qui nous permettront d’avoir l’impression d’être réellement dans les jeux vidéo Nintendo (notamment une attraction Mario Kart). Quand on voit la qualité d’immersion d’une attraction comme celle basée sur Harry Potter ou la montagne russe Evangelion avec casque de réalité virtuelle, on y croit aisément.

Le budget alloué au projet, initialement de 50 milliards de yen, a été réhaussé à 60 milliards (soit environ 490 millions d’euros). A titre de comparaison, la zone Harry Potter a coûté environ deux fois moins cher (235 millions d’euros), pour un résultat de très grande qualité aussi bien sur les décors que sur l’attraction principale.

Les parcs Universal Studios d’Orlando et Hollywood auront eu aussi droit à leurs zones Super Nintendo World, après Osaka.

 

Réagir à cet article