Wipeout, la course futuriste fait son retour sur PS4

Wipeout 2097 fut le premier jeu que j’achetai sur Playstation, en même temps que cette dernière, en 1997. Après des années sur Amiga, c’était mon premier jeu sur console depuis la glorieuse époque Master System. Énorme claque visuelle, donc – même si aujourd’hui ça pique un peu les yeux (et encore, ce n’est pas parmi les jeux qui ont le plus mal vieilli parmi ceux de cette époque). Quelques années plus tard, ce fut F-Zero GX, sur Gamecube, qui prit le relais dans la catégorie des jeux de course futuristes. Puis, pour moi, plus rien.

La série Wipeout continua à vivre sur PS2, PS3 et PS Vita, consoles à côté desquelles je suis complètement passé, jusqu’au dernier épisode, en 2012, Wipeout 2048 sur PS Vita. En 2012, Studio Liverpool (anciennement Psygnosis) ferme ses portes, et emporte la licence Wipeout dans la tombe avec lui. Game over pour la série ?

C’était sans compter sur les équipes d’archéologues de Sony, qui en 2016, après des années de vache maigre pour les amateurs de véhicules ultra-rapides se déplaçant sur des circuits déconseillés aux épileptiques (on citera l’exception qui confirme la règle, le pas mauvais FAST Racing Neo sur Wii U, qui aurait sans doute eu plus de succès sur une autre console, le pauvre), annoncent le retour de Wipeout, sur PS4. Joie.

En attendant d’éventuelles nouvelles de F-Zero du côté de Nintendo (un épisode sur Switch serait de bon aloi, parce que bon, le dernier épisode est le GX évoqué ci-dessus, sur Gamecube, en 2003 – je passe sur l’épisode Climax sorti uniquement sur Game Boy Advance et uniquement au Japon), voilà de quoi réjouir à la fois les vieux amateurs comme moi, et les jeunes pilotes qui ne savent pas encore à quel point une course avec des voitures réalistes qui roulent à seulement 200 km/h, c’est d’une effroyable lenteur.

Wipeout Omega Collection, c’est son nom, sort sur PS4 aujourd’hui 7 juin en Europe (et hier 6 juin aux Etats-Unis). Le jeu rassemble, avec des graphismes et une bande son réhaussés aux standards actuels, le contenu des épisodes Wipeout HD, HD Fury (PS3) et 2048 (PS Vita). Les premiers tests sont très positifs, et après quelques tours de circuit manette en main, je confirme : c’est très très bien.

Ironie du sort : alors que je me faisais une joie d’acheter la version japonaise, dont je pensais naïvement qu’elle sortirait en même temps que la version US ou Europe, j’ai découvert hier que le jeu est totalement absent des radars au Japon pour le moment. Il n’est pas dans la brochure des sorties PS4 Printemps/Eté, il n’est pas en rayon chez Bic Camera parmi les grosses sorties en précommande, et sur Amazon Japon, seule une version import est listée. Visiblement, il faudra donc attendre un peu pour voir le titre débarquer sur la terre natale de la Playstation. Surprenant, mais c’est comme ça. En attendant, j’ai donc dû me rabattre sur l’achat de la version dématérialisée sur le PS Store, parce que je n’avais pas envie d’attendre trois semaines pour le recevoir d’Amazon France (où vous pouvez vous procurer cet excellent remix pour la modique somme de 34€99).

Réagir à cet article