Star Wars, « La Princesse, le Vaurien et le jeune Fermier » : une réécriture originale de la trilogie

Star Wars - Un Nouvel Espoir - La Princesse, le Vaurien et le jeune Fermier

Parmi les piles de livres Star Wars orientés jeunesse, de qualité et d’intérêt très variable, qui envahissent les rayons des magasins en ce moment (allant même jusqu’à tenter une incursion en zone jouets), une couverture a attiré mon regard, avec sa silhouette épurée bleue sur fond noir et surtout son titre original : « Star Wars – Un Nouvel Espoir – La Princesse, le Vaurien et le jeune Fermier« .

Les adaptations en romans des six films, en soi ça n’a rien de révolutionnaire. Mais ce sous-titre m’a intrigué, laissant imaginer une nouvelle approche de l’histoire, racontant Star Wars davantage comme un conte classique, un récit qui repartirait de zéro, plutôt que comme une histoire de science-fiction dont tous les codes nous sont maintenant connus. Car qui aujourd’hui, penserait à qualifier Luke de jeune fermier, si ce n’est en oubliant tout ce qui a été appris ? Demandez à n’importe qui le métier de Luke Skywalker, on vous répondra chevalier Jedi, pilote ou commandant, mais sans doute pas fermier. Or c’est bien ce qu’il est, au début de cette histoire, lorsqu’il nous apparaît pour la première fois sous les soleils brûlants de Tatooine.

Attiré par ce titre rafraîchissant et audacieux donc, j’ai feuilleté les premières pages. Et j’ai trouvé ça très bien. Plus intéressant que les adaptations scène à scène des films. Un extrait disponible en ligne (par exemple ici) vous permet de lire le premier chapitre, qui correspond à l’attaque du Tantive IV par Dark Vador et des Stormtroopers, jusqu’à la capture de la Princesse Leia.

Je trouve le style parfaitement adapté à des enfants à partir de 11-12 ans ; c’est un peu plus sophistiqué que de la Bibliothèque Verte (où on trouve également des adaptations des films : voir ici), sans pour autant être trop complexe ni trop volumineux (environ 250 pages, contre 200 pour une adaptation Bibliothèque Verte).

Pour l’anecdote, sachez que l’auteure de cette réécriture de l’Episode IV est née en 1987, et a vu le film pour la première fois à l’âge de 5 ans. N’en déplaise à certains commentateurs garants de la bonne santé mentale des enfants (voir certains commentaires sur mon article relatif à l’âge minimum pour Star Wars…), cette expérience ne l’a visiblement pas traumatisée. Aujourd’hui Alexandra Bracken est une romancière à succès, qui a publié son premier ouvrage à 22 ans, a signé avec la Fox pour l’adaptation d’un de ses romans à 24 ans, et aujourd’hui, à 28 ans donc, réécrit pour Disney l’histoire de ce film qu’elle a vu en VHS avec son papa quand elle était petite, comme elle le raconte en préface du livre :

« Lorsque vous rencontrez un autre fan de Star Wars, la même question revient toujours : quand avez-vous vu les films pour la première fois ? Je sais précisément quand cela m’est arrivé : le jour de la fête des pères 1992. […] Je garde le souvenir très net de la première fois où j’ai vu Dark Vador monter à grands pas à bord du Tantive IV, sa cape gonflée derrière lui, avec cette musique jaillissant comme le tonnerre des hauts-parleurs de la télévision. J’étais terrifiée, mais aussi très impressionnée. C’était comme faire un tour de grand huit dans même quitter le canapé. […] Un nouvel espoir est le film qui m’a propulsée dans une galaxie très, très lintaine, mais c’est aussi celui qui a éveillé mon intérêt à écrire des histoires. Il a été mon premier pas dans un monde beaucoup plus vaste. »

Les deux autres volets de la trilogie originale ont également droit à leur réécriture sous un angle nouveau, avec deux autres auteurs : l’Episode V prend pour sous-titre « Alors comme ça tu veux être un Jedi ? » (par Adam Gidwitz), et l’Episode VI « Prends garde au pouvoir du côté obscur ! » (par Tom Angleberger). Le tout aux éditions 12-21.

Commander sur Amazon :

Réagir à cet article