Jeu vidéo, l’expo à la Cité des Sciences – Try again ?

Après l’excellente Star Wars Identités vendredi, visite samedi de l’expo consacrée au jeu vidéo, à la Cité des Sciences et de l’Industrie, malheureusement nettement moins mémorable.

EvolandLe design de l’expo, avec des couleurs et des lumières à la Tron, est réussi. Et les premières vitrines, avec de mini collections de jouets – en tant qu’ancêtres du jeu vidéo – et de jeux des années 70-80 sont réussies. Une borne permettant de jouer à Sonic, une autre à Pacman… Une table transparente contient une version mécanique, non virtuelle, de Pong… On s’attend donc à ce que le reste de la visite nous transporte au travers de 30 ans de jeux vidéo cultes, de personnages célèbres, de marques qui ont fait l’histoire de ce divertissement culturel.

Malheureusement, le résultat n’est pas à la hauteur. L’exposition manque d’une orientation claire. Une petite vitrine montre l’évolution du jeu vidéo portable, des Game & Watch de Nintendo au jeu sur mobile. Trois mètres plus loin, une installation permet de faire du surf avec Kinect. Puis un écran géant affiche en temps réel des titres d’articles internet concernant des actus jeux vidéo. Ce zapping aurait pu être amusant, si les expériences proposées l’étaient, prises séparément. Malheureusement, la plupart ne le sont pas. Le fun promis par les affiches (très réussies) n’est pas au rendez-vous.

A l’inverse de l’expo Star Wars Identités qui organise les objets Star Wars autour d’un fil conducteur clair, construit et cohérent, on est ici livrés à nous-mêmes, et le contenu est malheureusement trop limité pour qu’on puisse réellement s’amuser ou apprendre.

SonicLes enfants passeront quelques minutes sur les jeux en démonstration – dont plusieurs sont d’ailleurs plutôt des démos ou même des créations exclusives malheureusement pas au niveau de vrais jeux vidéo qui ont fait leurs preuves. Le “boss de fin” de l’expo, un jeu sur écran géant dans lequel un joueur est capté par une caméra et les autres appuient sur des boutons, est incompréhensible (des voitures arrivent des deux côtés de l’écran, des poutrelles descendent du haut de l’écran, personne ne sait ce qu’il a à faire, et la partie s’arrête au bout de 30 secondes) et donc injouable.

On aurait aimé des bornes d’arcade d’époque. On aurait aimé des consoles de salon de toutes les époques en libre accès. On aurait aimé plus de fun, plus d’images tirées de cette culture mentionnée sur l’affiche et dans le titre de l’expo : “Jeu vidéo – Entrons dans une nouvelle ère culturelle”. On aurait aimé avoir l’impression de voyager avec Ralph La Casse à l’intérieur des câbles qui relient les jeux vidéo entre eux, dans la séquence de début du film de Disney. On aurait aimé (re)découvrir plus de choses, comme le manga Game Center Arashi (que je ne connaissais pas), dont un tome était dans une vitrine consacrée aux salles d’arcade des années 70.

E. (G8) ne s’est pas particulièrement amusé et je doute qu’il ait appris grand chose – les principaux faits instructifs étaient à lire sur des panneaux. Quant à U. (G4), à part le jeu de surf sur Kinect, il n’y avait rien pour lui dans cette expo.

L’affiche est la partie la plus amusante…

Dommage, car le sujet pourrait donner lieu à une expo à la fois amusante et enrichissante. Il aurait peut-être fallu cibler sur un axe clair et limité – par exemple le jeu vidéo de salon ou le jeu vidéo portable ou les personnages emblématiques – ou alors se donner les moyens d’une exposition plus grande permettant de réellement présenter des sujets aussi différents que les métiers du jeu vidéo (esquissés ici en un panneau), l’évolution du hardware ou le serious gaming. Une autre option tout à fait viable aurait été de construire l’exposition de la même façon que ses affiches, en mêlant culture traditionnelle et culture vidéoludique, et en créant des parallèles à la fois drôles et instructifs.

On retiendra quand même le décor réussi, les 2-3 vitrines avec les objets d’époque (la taille titanesque de la Game Gear, sans déconner !), et la volonté de permettre aux visiteurs de manipuler les jeux, avec notamment une utilisation intelligente du jeu indé Evoland pour illustrer l’évolution des jeux en début de parcours de l’expo, le Pong électro-mécanique vraiment original et joli, ou encore une borne permettant en 5 minutes de traverser 30 ans d’histoire des jeux de course, volant à la main et pédale sous le pied.

  • Page officielle de l’expo
  • Du 22 octobre 2013 au 24 août 2014
  • 12€ (incluant l’accès aux expos permanentes de la Cité des Sciences), gratuit pour les moins de 6 ans

Jeu vidéo, l’expo – En photos…

Réagir à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.