Jeu vidéo sur PC pour les enfants – Episode 2 : quels jeux sur Steam ?

Le jeu vidéo accessible aux enfants est souvent, ou majoritairement, associé aux consoles. Plus simples d’accès, plus visibles dans les pubs et les catalogues, et donnant accès à la quasi totalité des jeux les plus populaires auprès des enfants, de Skylanders à Minecraft en passant par les jeux Lego. Mais le PC est également une option intéressante, qui offre une expérience différente. Je vous propose, à travers une série de 3 articles, d’examiner le sujet du jeu sur PC pour les enfants.

Dans ce second article, qui est en quelque chose l’équivalent PC de mon article « Quels jeux vidéo pour un enfant pour Noël 2014 ? » (qui était fortement orienté consoles), voyons quels jeux actuellement disponibles sur Steam, distributeur dominant sur PC, peuvent être intéressants pour des enfants. Bien entendu, il serait illusoire de prétendre ici à l’exhaustivité – le catalogue de Steam contient 3500 références… Il s’agit donc plutôt d’une sélection subjective, orientée sur les sorties assez récentes (2013 et 2014), réalisée à quatre mains (merci Le Nelge !).

Deux précisions préliminaires :

  • Les jeux largement visibles sur consoles et déjà très connus des enfants ne sont pas mentionnés ici (comme les jeux Lego)
  • Il manque les jeux PC absents de Steam ; ils sont de plus en plus rares, mais il en existe, et même de très bons. Minecraft, vous connaissez ?

The Banner Saga : RPG tactique sur fond de légende viking

Jouable en solo, jeu tactique mâtiné de RPG (choix de mission, personnages qui évoluent un peu), The Banner Saga prend place dans un univers peu exploité, celui de la mythologie nordique. Graphiquement le jeu est parfaitement child-ready : c’est du Tolkien en dessin animé. Les dialogues parlent d’une guerre affreuse mais ça reste abstrait (aucune image violente).

Les combats sont simples sur le principe mais très tactiques au final, et le jeu nécessite une vraie réflexion sur la façon de monter les personnages pour avoir des équipes cohérentes.
En terme d’originalité et de surprise, c’est un des meilleurs jeux de 2014 proposé sur Steam. Il existe également une version gratuite, mais dont le multijoueur se fait exclusivement en ligne (sans mode hotseat).

The Banner Saga est théoriquement le premier volet d’une trilogie.

Voix en anglais, textes et menus intégralement traduits en français.


Space Hulk : stratégie au tour par tour dans l’espace

Aujourd’hui arrivé à maturité après plusieurs patchs, le jeu vidéo Space Hulk est l’adaptation la plus fidèle qui soit du mythique jeu de plateau de Games Workshop, avec pas mal de campagnes bonus ainsi que la possibilité de jouer les Space Wolves (avec DLC). Space Hulk propose du multijoueur en ligne ou en hotseat. Le mode solo permet d’apprendre à prendre le jeu en main, mais au delà de ça son intérêt est limité.

Bémol (pour la kid-compatibilité) : le côté oppressant ressort vraiment, contrairement au jeu de plateau. Autre bémol : pas d’éditeur de missions, alors que la version plateau laisse la porte ouverte à toutes les créations.

Voix en anglais, textes et menus intégralement traduits.


Brothers – A Tale of Two Sons : aventure et réflexion

Sorti en 2013, Brothers est un jeu d’aventure et de réflexion, pour un seul joueur. Les héros sont deux enfants. Visuellement plutôt mignon, il se distingue surtout par sa jouabilité originale. Avec une manette équipée de 2 sticks, le joueur dirige chacun des deux frères avec un stick. Le jeu ne contient aucune violence.

Voix en suédois, textes traduits.


Trine 1 & 2 : réflexion et plateforme, en coop

Jouable en solo et en multijoueur coopératif en ligne ou localement, Trine est un jeu de plate-forme et de réflexion. Le jeu reprend le principe de Lost Vikings, un vieux jeu de Blizzard sorti en 1992 : le ou les joueurs contrôlent trois personnages aux capacités radicalement différentes, et c’est en combinant intelligemment ces capacités qu’on peut débloquer les situations et passer les différents tableaux. Sur le plan visuel, Trine est magnifique, représentant un univers heroic fantasy ultra détaillé et coloré. Le multijoueur en coopération est clairement un des énormes points forts de ce titre pour jouer avec un enfant. Le déplacement en 2D est également un atout, permettant d’éliminer la confusion de certains titres 3D.

Jeu entièrement en français.


DuckTales Remastered : plateforme à l’ancienne, avec Picsou

Un jeu Disney à l’ancienne, réminiscence de l’époque des consoles 8 et 16 bits, ça ne se refuse pas ! Ducktales (La Bande à Picsou, en français) est un jeu de plateforme en solo, initialement sorti sur NES. Ducktales Remastered en est le remake HD. Le gameplay d’origine est bien présent – la difficulté aussi : le niveau normal, selon les standards actuels, est plutôt exigeant (principe de die and retry, beaucoup moins utilisé dans les jeux vidéo aujourd’hui qu’il y 20 ans). Le mode facile permet de s’approcher des niveaux de difficulté contemporain, plus acceptables par des enfants d’aujourd’hui habitués aux jeux permissifs comme Lego ou Skylanders. Seul le dernier niveau reste affreusement difficile et risque de provoquer quelques crises.

Voix en anglais textes et menus intégralement traduits.


Broforce : déluge d’explosions de pixels

Broforce est un jeu d’action et de plate-forme qui reprend les codes visuels des jeux vidéo des années 80 (déplacement en 2D vue de côté, pixels bien visibles, etc.), ainsi que le gameplay des jeux combinant tir et plateforme. Le tout est passé au mixeur de la parodie, avec une bonne grosse dose de références aux héros musclés des films des années 80 et 90, de Chuck Norris à Rambo en passant par Terminator, Indiana Jones ou Helen Ripley. Les parents retrouvent avec plaisir le gameplay, le style visuel de leur époque et les personnages des blockbusters d’action d’il y a 20-30 ans, et les enfants s’éclatent à tout (y compris les décors) dégommer à coup de lance-roquette, grenades et autres mitraillettes.

Broforce contient beaucoup d’effusions de sang, les ennemis meurent par dizaines, mais le tout est tellement caricatural (en plus d’être stylisé, grâce à la magie du bon vieux pixel) qu’on peut difficile trouver ça choquant : ça n’a absolument rien à voir avec un FPS militaire réaliste. Ici on est dans un cartoon. Broforce se joue à 1, 2, 3 ou 4, en ligne mais aussi (et surtout !) sur le même écran, en mode coop. Excellent à partir de 8 ans.

Jeu en anglais, mais texte totalement inutile : on est là pour faire exploser des trucs.


Starbound : Minecraft dans l’espace, en 2D, avec des objectifs

J’ai déjà parlé de Starbound ici il y a quelque temps. Le jeu est encore en développement avec accès anticipé, et toujours aussi prometteur. Il reprend quelques principes de Minecraft (la collecte de ressources, la création d’objets et la construction libre à partir de ces ressources), et y ajoute un scénario, des quêtes, un univers à visiter, des trésors à collecter…

Jouable en solo sur un PC, c’est surtout en multijoueur (en ligne ou local, avec 2 PC ou plus) qu’il devient réellement intéressant, permettant aux joueurs de coopérer pour explorer les mondes, construire des abris, affronter les ennemis, échanger des ressources…

Grand fan de Minecraft, E. (9 ans) adore Starbound. Et moi qui suis rebuté, à la longue, par l’absence de but dans Minecraft et par la relative complexité de construire des choses en 3D, je lui préfère Starbound.

  • Starbound – 13€99 (ou 15$ sur le site des développeurs, donnant aussi droit à une clé Steam)
  • NB : le jeu multijoueur en local nécessite plusieurs licences, et un des PC devra servir de serveur

Banished : un pur city-builder médieval

Les jeux de construction de villages et villes n’ont plus le vent en poupe, à l’exception d’une ou deux séries comme Sim City qui survivent mais deviennent des mastodontes, difficilement maîtrisables par des joueurs débutants et/ou nécessitant des PC monstrueux.

Banished est un city-builder à l’ancienne. Développé par une équipe constituée d’une seul et unique personne, c’est un jeu comme on n’en fait plus. Dans Banished, il n’y a rien d’autre à faire que développer son village : pas d’armées ennemies à repousser, encore moins de territoires à conquérir… On se contente de donner des instructions aux villageois afin qu’ils survivent aux hiver et que le village se développe. L’échelle du village (contrairement à celle de la ville) permet par ailleurs un petit côté Sims : on suit la vie des villageois, ils ont des enfants, ils meurent… On retrouve un peu l’ambiance de certains Anno (sans la complexité économique qui a fini par noyer la série).

Le hic, pour les enfants : il n’y a pas de didacticiel, le démarrage peut donc être un peu rude. Astuce : bien que le jeu ne soit officiellement qu’en anglais, il est possible d’installer très facilement des mods (directement depuis les options du jeu), dont un mod de traduction en français.


Age of Empires 3 : stratégie temps réel old-school qui tient encore la route

Si je cite ce jeu ici, seule réelle antiquité de la sélection (2005), c’est qu’à ce jour et depuis le décès de Age of Empires Online, il reste le meilleur compris en matière de jeu de stratégie temps réel, pour des enfants autour de 8-10 ans. Les RTS récents sont en effet beaucoup plus exigeants au niveau des performances du matériel et des capacités des joueurs (complexité du jeu), et les RTS plus anciens qu’AoE3 peuvent rebuter les joueurs d’aujourd’hui par leurs graphismes – et parfois gameplay – un peu datés.

Age of Empires 3 n’est ni trop vieux ni trop récent, et correspond donc très bien à l’équilibre recherché. Visuellement, il est encore très beau, tourne en plein écran sur des écrans larges, exploite les capacités des cartes graphiques actuelles, sans pour autant nécessiter une machine de guerre. Le gameplay est abordable à partir de 7-8 ans, peut-être avec l’aide d’un adulte au départ.

Autre point fort : compte-tenu de son grand âge, Age of Empires 3 fait régulièrement l’objet de soldes sur Steam, il est donc possible de se le procurer pour une poignée d’euros.


Endless Legend : Civilization en mode heroic-fantasy

Endless Legend est un 4X (exploration, expansion, exploitation et extermination) de fantasy avec un univers plutôt original, en mode tour par tour. Il rivalise sans peine avec les derniers Civilization, notamment grâce à une interface exemplaire et une direction artistique très chouette. Son seul vrai point faible est un système de combat très peu intéressant, trop simple face à l’IA. Mais pour enfant, ceci peut constituer un point fort du jeu. En revanche, un point faible important : l’absence de mode hotseat permettant de jouer à 2, à tour de rôle sur le même PC. Présent dans Civilization, le hotseat n’existe pas dans Endless Legend, et c’est bien dommage car parfait pour jouer en coop avec un enfant.

Tous les autres aspect du jeux (exploration, économie, recherche, diplomatie), sont très réussis même si certaines factions sont vraiment très particulières à jouer. Concernant la jouabilité par un enfant, on retrouvera le même bémol que pour Civilization Beyond Earth : les technologies, bâtiments, unités étant fictifs, on ne retrouve pas le côté intuitif de Civilization lorsque le jeu copie la réalité historique.

Voix en anglais, textes et menus intégralement traduits.


Civilization – Beyond Earth : coloniser des planètes, en tour par tour

Dans Civilization Beyond Earth, le joueur commence la partie avec un colon envoyé sur une planète plus ou moins hostile, et doit y développer sa civilisation. Va t-il exterminer les extraterrestres ? Chercher à vivre en harmonie avec eux ? Va t-il choisir le conflit ou la coopération avec les autres civilisations humaines exilées comme la sienne ? Quelles technologies va t-il développer ? Où va t-il placer ses villes, quels bâtiments va t-il y construire ?

Civilization est une superbe expérience de stratégie et de gestion, y compris pour des enfants autour de 10 ans, à condition qu’ils acceptent le principe d’un jeu au rythme comparable à celui d’un jeu de société, où chacun joue à tour de rôle, où on réfléchit à ses actions, etc.

Il est probable que pour les premières parties, un accompagnement parental sera le bienvenu afin d’aider à comprendre les subtilités du jeu. Mais passée cette phase d’apprentissage, l’enfant peut jouer de façon totalement autonome, et prendre énormément de plaisir à développer seul sa civilisation, en faisant ses propres choix.

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Montacutins dit :

    Grand merci pour cet article ! Ca donne envie de se pencher sur Steam et son catalogue…

    • Stéfan dit :

      Certains jeux sont mêmes proposés en multi-plateforme avec compatibilité Linux (certes ils sont encore minoritaires, mais devraient se développer, car le projet SteamOS est, si j’ai bien compris, basé sur Linux).

  2. 0xymore dit :

    Ah, c’est dommage que tu ne mettes pas les âges conseillés pour ces jeux. Faut qu’on se réfère à l’éditeur?

    • Stéfan dit :

      Tu as raison, on aurait pu préciser. Voici les âges mini que je conseille pour les jeux que j’ai essayés dans cette liste (car comme indiqué, on l’a écrite à 2, il y en a que je n’ai pas pratiqués) :
      – Trine (je n’ai testé que la démo sur Xbox 360) : je dirais 7-8 ans
      – Ducktales : l’univers et les graphismes sont parfaitement adaptés dès 4 ans, mais la difficulté old-school peut décourager ou énerver des joueurs peu expérimentés. Pour un enfant habitué aux jeux de plateformes un peu exigeants, je dirais qu’il n’y a pas vraiment d’âge mini. Sinon, attendre 8-9 ans et l’acquisition de la patience face aux échecs répétés !
      – Broforce : comme c’est en coop et que le survivant peut faire revivre facilement un perso mort, c’est assez peu punitif. Le gameplay est très simple. En fait le seul élément pas kid-friendly peut être le fait que ça explose de partout et qu’il y a des giclées de sang, mais comme indiqué c’est très caricatural (et pixelisé) donc ça passe. J’y joue avec E. (9 ans) sans problème (et il adore), et même 7 ou 8 ans je pense que je lui aurais proposé.
      – Starbound : le jeu est en anglais et nécessite de la débrouillardise (comme Minecraft). Comme c’est en 2D c’est plus facile de se repérer et de construire des trucs. Je dirais à partir de 6-7 ans à condition d’être en coop avec un adulte, ou accompagné, pour les explications. Attention : se joue (pour l’instant) seulement au clavier.
      – Age of Empires 3 : à partir de 7-8 ans à condition d’avoir déjà fait un peu de gestion/stratégie, ou avec accompagnement parental au début pour guider.

      • LE Nelge dit :

        L’avis du gars qui n’a pas de gamins :

        – The Banner Saga et Space Hulk (pour ce dernier je conseillerais quand même le jeu en hotseat, l’ambiance 40k est quand même assez violente et sombre même si on n’incarne pas les Space Marine* (cfr avis sur Diablo 3 et le PEGI 16), penser à désactiver l’option qui zoome sur les combats), tout dépend de l’attrait qu’à l’enfant pour les jeux de plateau, mais assimiler les règles me parait possible vers 10 ans. Sans doute moins s’il est déjà un peu habitué à ce genre de jeu.
        – Brothers : paradoxe, le jeux doit être faisable très tôt mais comme il n’est pas localiser en FR, lire est indispensable. Vers 6-8 ans je dirais. attention, manette indispensable. Au clavier, c’est atroce.
        – Endles Legend, comme Civilization. Les tableaux de gestion sont bien plus clairs et les information faciles à obtenir en 2 clics. Par contre chaque races se joue de façon spécifique (l’une de développe uniquement par achat, pas de nourriture à gérer, l’autre ne peu déclencher la guerre mais est la reine du commerce et est nomade, une autre peut imposer les traités diplomatiques, etc..). Si les parties sont un poil moins riche que Civ (quoique) changer de faction implique pratiquement de réapprendre le jeu, même à bas niveau, malgré un gameplay de base identique. Dans Civ avant Prince/Monarque, tu peux viser n’importe quelle victoire avec n’importe qui ou presque. Dans EL gagner militairement si tu ne peux que te défendre risque d’être compliqué. Un des intérêt aussi c’est qu’il y a une suite de quêtes spécifique pour chaque race. C’est sans doute plus stimulant pour un enfant qu’un objectif de victoire impersonnel vu qu’il y a une histoire à suivre.

        *Par exemple Space Marines qui est un TPS assez simple à jouer (quoique l’inertie du type qui porte une armure de 300kg, faut se la farcir) mais tu tronçonne des orks à longueur de couloir. 12-14 grand minimum. SH est plus complexe mais t’es pas plongé directement dans la violence.

        • LE Nelge dit :

          Avis d’amateur de Space Hulk en général : guetter une promo Steam pour avoir tous les DLC (celui qui permet de jouer les Space Marines à 2 par exemple) parce qu’au prix fort l’ensemble est un peu cher à mon goût.

          Astuce : en ajoutant un jeu dans sa liste de souhait, on reçoit un email lorsqu’il y a promo sur le jeu

          Attention aussi, le récent Space Hulk Ascension est un jeu à part, développé par le même studio indépendant. Il est exclusivement solo, ne suit pas les règles du jeu de plateau (pas que je sois puriste, mais ça peut aider si l’enfant connaît la version plateau) et n’est pas encore traduit. La finition du Space Hulk Original à sa sortie n’était vraiment pas terrible, prudence. Je déconseille pour l’instant (même si je n’y ai pas joué).

  3. GeekDaddy dit :

    C’est une excellente cet article, j’avoue que j’en suis encore au stade des petites appli, mon gamin a 3 ans mais bientôt, il aura la possibilité de jouer. Je pense également à Spore et à Disney Infinity. Après j’ai une WiiU à la maison et c’est LA console pour les gosses (et les papas) 😉

    • Stéfan dit :

      J’avais été très déçu par Spore, dont j’attendais beaucoup. Peut-être le jeu a t-il évolué depuis sa sortie, avec des patchs ? Et peut-être est il très bien pour des enfants, à vrai dire à l’époque je ne me posais pas du tout la question.

      Disney Infinity vaut peut-être plus le coup sur PC que sur console étant donné que les contenus supplémentaires (personnages, aventures) s’achètent en dématérialisé et non via l’achat de figurines. On peut donc imaginer plus facilement des prix intéressants, soit dès le départ, soit via les soldes Steam.

      A partir de 4-5 ans (ou avant si l’enfant est capable de manier une souris) il y a un jeu PC que je trouve sympa, c’est World of Zoo : http://www.geekdad.fr/2011/08/world-of-zoo-un-bon-jeu-pc-a-partir-de-5-ans/

      • GeekDaddy dit :

        Je t’avoue Stephan que je n’attendais pas du tout Spore et toute la hype autour du créateur des Sims; j’ai pensé de très bons moments malgré le gameplay bancal.

        Effectivement dans l’absolue le PC reste mieux surtout avec le Black Friday et les promos Steam qui démarrent ce soir !

        J’ai remarqué que mon fils a été très attiré par Plant VS Zombies.

        En y réfléchissant, je pense que Black & White pourrait être sympa pour un enfant (5 ans on va dire).

  4. Stéfan dit :

    Précisions sur Banished (que j’ai depuis hier, merci les soldes Steam !) :
    – il existe des mods de traduction, dont un qui permet de mettre le jeu complètement en français -> parfait !
    – il n’y a pas de didacticiel, et bien que le jeu reste relativement simple par rapport à des mastodontes de la gestion, il vaut mieux accompagner un joueur débutant pour sa première partie, sinon il risque de rapidement perdre pied, et perdre intérêt pour ce jeu à l’ambiance reposante

  5. Julien Rousset dit :

    Merci pour cet article très éclairant qui permet de sortie un peu de Minecraft. Je repars avec de bonnes idées pour mon fils.

Réagir à cet article