KOOV, le LEGO robotique de Sony

Découvert au hasard d’une visite à Yodobashi Akiba, où il était exposé derrière une vitrine, voici KOOV. Récemment lancé par Sony au Japon et en Chine, KOOV est une nouvelle tentative incursion du fabriquant japonais dans le monde du jouet hi-tech, comme son cube intelligent Toio (aperçu au Tokyo Toy Show 2017 le mois dernier, pas encore disponible dans le commerce).

Le concept de KOOV est comparable à celui des LEGO Mindstorms : combiner jeu de construction et robotique. Mais KOOV va plus loin, en s’appuyant sur les développements de ces dernières années en matière d’initiation à la programmation : après avoir fabriqué son robot à l’aide des briques, capteurs et moteurs fournis dans les trois packs de démarrage, l’utilisateur peut en effet programmer et reprogrammer sa créature (modification de la vitesse des moteurs, modification des conditions…) à l’aide d’une interface à la Scratch ou Code.org.

Ce n’est pas la première tentative de lancement d’un jeu de construction connecté. On en a vu passer un paquet sur Kickstarter ces dernières années. On peut toutefois espérer qu’avec Sony aux manettes, KOOV pourra bénéficier d’un soutien commercial suffisant pour s’imposer. Car le point faible de ces initiatives, lorsqu’elles sont isolées et non soutenues dans la durée, c’est qu’au delà du kit de départ, il ne se passe plus rien. Or, une des grandes forces de LEGO est de nous permettre d’étendre régulièrement les possibilités de construction, avec de nouvelles boîtes. Sony a également prévu la possibilité pour les utilisateurs de partager facilement leurs créations (modèles pour la construction et programmes), par une plateforme sur internet – permettant ainsi d’étendre les suggestions de création au delà des 23 modèles imaginés par Sony et documentés dans le kit de démarrage.

L’autre bonne nouvelle de KOOV, c’est que c’est une petite bouffée d’air frais dans le monde du jouet japonais, qui est malheureusement beaucoup moins imaginatif et sophistiqué aujourd’hui qu’il ne le fut il y a 20 ou 30 ans (sans doute son âge d’or), comme je l’indiquais en conclusion de ma visite de la Tokyo Toy Expo 2017.

Après le lancement au Japon et en Chine en février, Sony teste maintenant le marché américain, avec une campagne Indiegogo ouverte le 20 juin. Malheureusement, pas de signe d’une sortie européenne à ce jour. On peut supposer que tout dépendra du succès en Asie et aux Etats-Unis, qui pourrait être limité par le prix des 3 kits de démarrage (de 200 à 500 euros). Et qui sait, si cette expérience marche bien pour Sony, à terme, on pourrait même rêver d’un kit KOOV compatible Playstation, programmable depuis la console, avec des robots capables d’interagir avec les jeux vidéo.

Pour en savoir plus sur KOOV :

Réagir à cet article