Sous-marin, vieille base militaire et bateaux géants : Saint-Nazaire for kids !

Saint-Nazaire… Vue de loin, la ville ne fait pas forcément rêver en tant que destination touristique familiale, avec son image industrielle. Mais si vous habitez dans la région, il y a largement de quoi passer une bonne journée de visites et découvertes en famille – surtout si vous et vos enfants vous intéressez aux constructions géantes et aux engins aquatiques en tous genres. Voici trois trucs à voir à Saint-Nazaire, testés cet été avec E. (9 ans) et U. (4 ans).

Le sous-marin Espadon

sous-marin espadon saint-nazaire (13)

Armé en 1960 puis mis à la retraite en 1987, l’Espadon est un sous-marin militaire français à propulsion thermique. C’est le premier sous-marin français à avoir plongé sous l’Antarctique, et le premier à avoir été ouvert aux visites au public. Depuis 20 ans, c’est en effet un navire-musée, stationné dans une ancienne écluse fortifiée du port de Saint-Nazaire.

Le principe de la visite est simple : on entre par une extrémité du sous-marin (spécialement aménagée avec un escalier, qui remplace une échelle trop spartiate pour les touristes), et on ressort à l’autre extrêmité après avoir traversé l’ensemble du corps de l’engin et ses différents compartiments. Chaque visiteur est équipé d’un audioguide, qui distribue les explications (avec quelques éléments de mise en scène : bruits d’alarme, reproduction des ordres du capitaine lors de la plongée, etc.) au fur et à mesure de la visite (on contrôle le rythme : on peut mettre la lecture en pause, et l’audioguide est découpé en séquences qu’on active manuellement en fonction des numéros affichés dans le sous-marin).

L’expérience est assez unique. Tout est très bien conservé (normal, c’est du matos militaire, c’est pas un machin en plastique de la Foirfouille), et on ressent vraiment le confinement dans lequel les sous-mariniers devaient vivre, parfois plusieurs jours ou semaines d’affilée. Quelques postes avec siège et écrans ou leviers divers invitent à s’asseoir, et à deux ou trois endroits, on peut monter aux échelles pour voir les petits compartiments supérieurs ; les enfants adorent.

Si vous voulez avoir l’impression d’être dans le Faucon Millenium, avec de petits corridors truffés de manettes, de tuyaux, de cadrans et de câbles, ce genre de visite est probablement ce qui s’en approche le plus à ce jour (en attendant les vrais vaisseaux spatiaux). Il ne manque que les droïdes astromechanos qui roulent dans les étroits couloirs pour aller éteindre un départ de feu ou colmater une brèche, et un hublot qui donne sur le vide de l’espace.

Tarif 2014 : 9€ (adulte), 4,50€ (enfant 4-14 ans) | Durée : environ 30 minutes | Age conseillé (par moi) : à partir de 3-4 ans

PS : profitez-en pour monter sur le toit de l’écluse fortifiée et vous amuser à chercher le bon angle pour voir la Suite de triangles, de Felice Varini (ci-dessous) !

Felice Varini - Saint-Nazaire


L’ancienne base sous-marine allemande

De sinistre mémoire, cette base construite pendant la seconde guerre mondiale impressionne par sa taille. Combien de milliers de tonnes de béton les Allemands ont-ils dû produire pour construire cette chose ? La base est aujourd’hui désaffectée – au sens où elle n’accueille plus de navires ni sous-marins – et partiellement réaffectée. Elle est construire en alvéoles, des immenses espaces parallélépipédiques séparés par des murs de béton énormes. Certaines alvéoles sont inutilisées. D’autres ont été réinvesties. Une d’elle accueille des expositions – comme actuellement le circuit de billes géant Distance, une autre contient l’office de tourisme de Saint-Nazaire et un snack, une autre a été complètement aménagée pour accueillir le musée dédié aux anciennes lignes transatlantiques…

La base en elle-même est devenue un lieu public, en accès libre. On se balade dans les alvéoles, en continuant de se demander comment une infrastructure aussi gigantesque a pu être construite dans des délais aussi contraints (moins de trois ans pour tout concevoir et réaliser) ; on revoit aussi la séquence des Aventuriers de l’Arche Perdue où Indiana Jones est dans la base sous-marine allemande de La Rochelle.

Le toit de la base est également ouvert au public, en accès libre. On peut y visiter une partie des zones de couverture anti-bombardement (si j’ai bien compris, une couche de béton prévue pour faire exploser les bombes avant qu’elles n’atteignent la “vraie” toiture de la base), monter en haut de l’observatoire qui donne sur le port et l’estuaire de la Loire. Et à nouveau, rester abasourdi par l’épaisseur des murs et le tonnage de béton mobilisé.

Prix : gratuit | Durée : variable (c’est plus un lieu de promenade qu’une véritable visite)


Les chantiers navals STX

Cale de construction des paquebots (vieille photo) – Attention pour voir un navire aussi avancé, il faudra revenir en 2016, la construction de l’Oasis 3 ayant commencé récemment.

Les chantiers navals de Saint-Nazaire, spécialisés dans les constructions de très gros navires civils et militaires, proposent deux parcours de visite pour le public.

Nous avons fait la visite “Les grands paquebots”, qui est actuellement centrée sur la construction de l’Oasis 3, plus grand paquebot de croisière du monde dont les travaux ont commencé l’année dernière et devraient s’achever en 2017. L’autre visite s’appelle “Chantiers navals STX”, je ne sais pas trop quelle est la différence avec la visite autour de l’Oasis 3, puisque c’est la principale réalisation du moment dans les chantiers. Les photos sont strictement interdites, j’illustre donc cet article avec une photo d’archive.

La visite se fait quasi entièrement en car avec un guide, ce qui est plus confortable (pas besoin de marcher), mais réduit la possibilité de tout bien voir comme on le souhaiterait. Ca réduit également l’intérêt pour de très jeunes enfants, car la visite est moins dans le visuel et le ressenti, et plus dans les explications.

On commence par faire le tour des principales installations extérieures des chantiers en suivant la chronologie de construction (réception et stockage des plaques d’acier, mise en forme, assemblage en blocs – sortes de préfabriqués transportables par camion/grue qui sont ensuite amenés dans la cale de construction pour être assemblés et ainsi, comme un puzzle 3D géant, former le navire.

L’Oasis of the Seas, grand frère de l’Oasis 3 (qui sera encore plus gros)

La partie la plus impressionnante de la visite est celle qui se déroule à pied, dans la cale où l’Oasis 3 est construit. C’est là qu’on réalise à quel point la chose est énorme – et encore nous n’en sommes qu’au début, ce que nous avons vu en cet été 2014 n’est qu’un embryon de ce futur mastodonte.

Le sous-marin, c’est le Faucon Millenium. Les chantiers navals, c’est une base impériale où on construit d’énormes vaisseaux et des morceaux de l’Etoile Noire. Saint-Nazaire, c’est Star Wars, en mode bateaux.

J’aurais aimé davantage de points de vue en dehors du car, et la possibilité de prendre des photos, mais les chantiers sont un site industriel actif, on peut donc comprendre que la priorité soit donnée à l’industrie et non aux touristes et curieux. J’aurais également aimé voir une construction encore plus avancée et donc encore plus énorme, mais pour ça il faudra revenir d’ici 1 an ou 2 quand l’Oasis 3 aura grandi !

Enorme navire militaire construit par STX pour la Russie, mais chut.

Anecdote : dans la cale de construction se trouvait avec l’Oasis 3 un mystérieux navire militaire en construction, sur lequel rien ne nous fut dit pendant la visite, pas même la nation pour qui il était réalisé. On a découvert cette semaine que c’était une commande russe – celle qui a été suspendue par le gouvernement ces derniers jours ! On comprend mieux pourquoi le guide ne s’est pas étendu sur le sujet.

Tarif : 13€ (adulte), 6,5€ (enfant 4-14 ans) | Réservation obligatoire | Durée : 1h30 | Age conseillé (par moi) : à partir de 6-7 ans

Quoi d’autre ?

Je précise que tout ce dont j’ai parlé dans cet article est rassemblé dans la zone du port. Vous pouvez donc tout faire sur une même journée, en vous déplaçant à pied d’un site à l’autre. Les chantiers navals sont un peu à l’écart, mais le départ du car se fait au niveau de la base sous-marine.

Toujours dans le même secteur du port, nous avons visité Escal’Atlantic, musée dédié aux anciennes liaisons transatlantiques pour le transport de passagers, aujourd’hui fermées depuis l’essor de l’avion. Le musée est bien conçu, installé dans une alvéole de la base sous-marine. Toutefois je ne développe pas trop ici, car je l’ai trouvé un peu moins intéressant ou impressionnant pour des enfants que les trois autres visites décrites ci-dessus.

Il est également possible de visiter les installations Airbus, avec un car au départ de la base sous-marine. Pas encore testé, mais c’est à notre programme pour la suite.

3 réponses

  1. Nidhogg dit :

    A la Cité de la Mer à Cherbourg (Basse-Normandie, Manche), il y a toujours le sous-marin Le Redoutable (plus grand sous-marin à visiter au monde selon le site). J’ai pu le visiter et le fonctionnement est similaire à la visite que tu décris (avec le casque, etc…). Ca reste un moment sympa surtout quand on se met en tête que les personnes ne restent pas QUE 1h (voire moins) dedans! 😀

  2. Anthony dit :

    J’avais jamais vu le paralle entre des chantiers navales et la base imperiale de Despayre (enfin c’est plus une planete prison)

    Pour info c’est le lieu de construction de l’Etoile Noire !!
    http://www.starwars-holonet.com/encyclopedie/vaisseau-ds1.html

  3. Fleuridas dit :

    Base pour sous-marins, pas sous-marine, elle est édifiée sur le terre ferme… Pourquoi de sinistre mémoire cet ouvrage ? Pour le cubage de béton: 480 000 m³

Réagir à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.