Quel âge pour Le Hobbit – La Bataille des Cinq Armées ?

Hey ! Notice préalable : Concernant les âges minimum conseillés ici pour les films

La seconde trilogie de Peter Jackson en Terre du Milieu s’achève cette semaine avec la sortie au cinéma de la Bataille des Cinq Armées. Les deux premiers épisodes du Hobbit étaient pour moi convenables au cinéma pour des enfants à partir de 7 ans environ, et 5 ans voire un peu moins à la maison sur un écran de télé (testés et approuvés avec U. (4 ans bientôt 5)).

Qu’en est-il du troisième volet ?

Un contenu plus sombre, moins drôle

Comme son titre l’indique, le film est construit autour d’une bataille. Il y a en gros trois parties (plus le dénouement/conclusion de la saga) : après une introduction explosive mettant en scène Smaug à l’assaut de Lacville (donc suite directe de l’image de fin du 2nd film), on a eu une première séquence qui ressemble à une partie de Civilization, où les enjeux sont posés tranquillement, les forces en présence dévoilées. Ensuite, on passe en mode Age of Empires, où les armées s’affrontent dans la bataille proprement dite. Et enfin, on bascule vers Street Fighter, avec des affrontements ciblés sur les personnages principaux, à l’écart du tumulte de la bataille.

A l’inverse des deux premiers films où la compagnie de Thorin progressait à travers différents lieux – la fameuse aventure vers laquelle Bilbon partait au début du premier film – ici il y a une certaine unité de lieu, un côté plus statique. Ceux qui ont trouvé les deux premiers films trop longs et ennuyeux peuvent garder leurs précieux euros pour aller voir autre chose, plutôt qu’à nouveau aller voir un épisode du Hobbit pour ensuite dire à quel point ils trouvent ça nul. Pour des enfants, s’ils aiment le côté aventures des premiers films, ça peut leur manquer ici. A la place, ils gagnent en revanche une bataille spectaculaire.

L’attention est concentrée sur l’affrontement, qui découle d’une évolution négative de certains personnages (en particulier Thorin, sur le mode Anakin Skywalker dans l’épisode III : le héros qu’on a adoré devient un personnage antipathique). Ceci peut être un peu troublant pour de trop jeunes spectateurs (surtout s’ils n’ont pas déjà été acclimatés au principe du gentil qui devient méchant, par exemple en ayant déjà vu Star Wars). Globalement, l’ambiance est plus sombre, il y a d’ailleurs beaucoup moins de scènes ou répliques humoristiques que dans les deux autres films.

Plus violent

Assez logiquement, cet épisode est également le plus violent des trois. Combats filmés de très loin mais aussi de très près, on a à peu près tout le spectre. Attention, on reste dans le registre de violence habituel de ce genre de film, rien de bien plus méchant que dans le Seigneur des Anneaux ou les Gardiens de la Galaxie. Ce n’est pas Fight Club.

Par contre, ce qui peut déranger davantage, c’est [attention spoiler] que des gentils meurent, de façon claire et nette. Ca, c’est plus rare dans les films d’action et d’aventure familiaux. Est-ce une mauvaise chose de le montrer à des enfants ? A vrai dire je ne sais pas. Mais ça augmente quand même un peu la “difficulté” par rapport aux autres films de la trilogie, dans lesquels les gentils finissent toujours par se tirer des embrouilles dans lesquelles ils se retrouvent. Ici, non.

Un peu plus effrayant

Les personnages les plus impressionnants des premiers films sont à mon avis les orcs, en particulier les deux grosses brutes Azog et Bolg. Ils sont ici très présents, soyez prévenus ! Une séquence était également un peu dure dans la Désolation de Smaug : l’apparition de Sauron, avec une mise en scène assez intense et en plus une mise en danger de l’habituellement invincible Gandalf. On retrouve quelque chose de proche ici.

Et la séquence que j’ai trouvée la plus susceptible de faire vraiment peur de l’ensemble de cette trilogie est également dans le troisième épisode : [attention spoiler] Galadriel dévoile son côté obscur et ultra-puissant, dans une scène où son visage devient réellement menaçant (yeux noirs, lèvres noires, visage aux couleurs fantomatiques), et sa voix prend un ton monstrueux. Pour moi c’est le type d’image qui fait vraiment penser à un cauchemar, d’autant plus effrayant que le personnage est habituellement calme et lumineux.

Alors quoi, PEGI 18 pour Le Hobbit III ?

Houla non, attendez ! Oui, ce troisième film est moins axé sur l’aventure et la découverte, oui il est moins drôle, plus violent et un peu plus effrayant. Mais ça reste dans la lignée de la saga. Je dirais que vous pouvez ajouter 1 an à l’âge minimum que vous auriez donné pour le premier et le deuxième film, et ça vous donne une idée d’âge minimum pour votre enfant, pour La Bataille des Cinq Armées. Un enfant qui a vu au cinéma les deux premiers épisodes à leur sortie peut sans problème aller voir le troisième.

La question se pose surtout pour un enfant qui les a vus uniquement à la maison, en DVD ou lors d’une diffusion télé. Au cinéma, c’est plus impressionnant, donc peut-être plus effrayant. Je dirais que si votre enfant, quel que soit son âge, a vraiment aimé les deux premiers films et n’a pas semblé être vraiment troublé par les personnages comme Azog, les images comme celles de l’apparition de Sauron ou la défaite de Gandalf, les monstres comme les araignées géantes de Mirkwood, alors il devrait pouvoir voir La Bataille des Cinq Armées au cinéma.

Dans le cas contraire (s’il a moyennement accroché, ou si des éléments l’ont vraiment effrayé de façon désagréable), il vaut mieux attendre la sortie DVD d’ici quelques mois, pour voir le film dans un cadre plus rassurant que la salle de cinéma.

Et bien entendu, si votre enfant n’a pas vu les deux premiers films, il n’y a absolument aucun intérêt à lui montrer le troisième.

Et sinon, le film est bien ?

Comme indiqué plus haut : ceux qui n’ont pas aimé les deux premiers ont peu de chance d’aimer le troisième.

Pour les autres par contre, c’est un plaisir de retourner une dernière fois en Terre du Milieu aux côtés de Bilbon, Gandalf, Legolas et la troupe de nains de Thorin. Il y a beaucoup de séquences extraordinaires, notamment l’ouverture avec Smaug, la bataille principale, l’affrontement Legolas/Bolg, celui de Thorin contre Azog… Personnellement j’ai tout de même préféré les deux premiers films, pour leur dynamisme, l’évolution de la quête, qu’on ne retrouve pas ici puisqu’on est dans un film de guerre plus qu’un film d’aventure. Et, en matière de bataille épique, je préfère celles de la trilogie du Seigneur des Anneaux, le gouffre de Helm et la défense de Minas Tirith. Enfin, je regrette un peu que certains liens avec le Seigneur des Anneaux ne soient pas clarifiés (certains personnages centraux ici ne sont pas mentionnés dans le Seigneur des Anneaux, mais on ne sait pas ce qu’ils deviennent ; et quid de l’Arkenstone, objet convoité depuis le début, dont on ne saura finalement pas exactement quel est son pouvoir ni ce qu’il devient). Peut-être que la version longue éclairera certaines zones (car la version longue du deuxième film contient beaucoup d’éléments d’explication supplémentaires).

Mais La Bataille des Cinq Armées reste un film familial à grand spectacle comme il en sort peu. E. (9 ans) a adoré (et était même un peu triste que la saga soit déjà terminée, lui qui en a vu le premier épisode peu avant Noël 2012 alors qu’il avait 7 ans). Je pense que c’est le genre de film dont les enfants se souviennent les avoir vus au cinéma, plus qu’une comédie lambda ou qu’un enième film d’animation à base de bestioles en images de synthèse. La période pré-noël renforce encore un peu cet effet. Or il est important de créer des éléments de nostalgie future. En clair : même si ce film confirme que la trilogie du Seigneur des Anneaux est meilleure que celle du Hobbit, ce serait dommage de rater cette toute dernière chance d’amener vos enfants en Terre du Milieu sur un écran géant.

The-Hobbit-The-Battle-Of-The-Five-Armies-4

7 réponses

  1. papa geek, j’aime tes conseils judicieux ! maxi loulou (8 ans et quelques dents) ira donc se délecter de la suite et fin du z’hobbit (oui quand il y en a plusieurs il tient à faire la liaison.. hmmm) dès demain grâce à ton avis validé, comme pour le second volet !
    je te souhaite de très bonnes fêtes !

  2. darthlixiou dit :

    Comme tu le mentionne la scène la plus choquante à mon sens est celle de Galadriel

  3. Sven Luther dit :

    Après, moi j’ai dit a mon fils (10 ans aujourd’hui) qu’il avait le droit de voir le Hobbit que si il lisait d’abord le livre, parce que, vraiment, je trouve dommage de voir les films sans avoir eu au paravent la découverte en mode lecture (Il y a une très bonne édition en poche jeunesse il me semble). Après c’est sur, il y a pas mal de pages, et le début est un peu longuet, mais bon …

    • Stéfan dit :

      Oui, lire le Hobbit, à 10 ans, c’est largement acceptable comme condition préalable au visionnage des films. Je trouve par contre le marché un peu plus difficile à accepter sur le Seigneur des Anneaux, parce que lire les 3 bouquins entièrement ça demande quand même d’être vraiment très à l’aise avec la lecture ; si ça se transforme en corvée c’est pas la peine non plus… Et puis si les films tirés de livres existent, c’est aussi pour permettre à un public plus large d’accéder aux histoires, pas uniquement les gens qui ont la capacité/patience/envie de lire les livres.

      • Sven Luther dit :

        Oui, c’est sur que le seigneur des années, c’est plus dur a lire que le hobbit (que mon fils a lu a 8 ans, c’était lors de la sortie du 1er), du coup je suis partagé sur le sujet. Parce que je pense que le seigneur des anneaux, il l’aurait lu sans le film aussi, et c’est quand même mieux de le lire sans avoir les images du films en tête.
        Après Bilbo, le film, il donne déjà plein de spoilers sur le Seigneur des anneaux de toute façons, et c’est pas forcement une réussite.
        Enfin bon, on verra après qu’il ai vu le 3eme film, et comme dit, je lui avait dit la même chose pour Harry Potter, et il les a vus chez un copains, donc …

  4. Guillaume dit :

    Franchement c’est irresponsable les conseils que vous donnez !!

    Je dirais plutôt 10-12 ans et encore dans certain pays, il est interdit au moins de 13.

    Une façon pratique de savoir si le film est fait pour les enfants où nom c’est se poser la question :
    Y a t-il des enfants dans le film du même age ou d’un age inférieur à mon enfant?
    Si ce n’est pas le cas, c’est pas pour lui et il devra attendre d’être assez grand.

    Dans le Hobbit, il y a de la violence, du sang, des monstres, des morts. Après on s’étonne que des enfants aient de plus en plus de problèmes psychologiques.

    L’idée de d’abord lire le livre est plutôt bonne. Après là 5 ou 7 ans c’est absolument trop jeune.

    À 5 ans on est encore en maternelle. L’enfant ne comprend pas grand chose de l’histoire et est plus sensible aux ambiances. Donc toutes les ambiance un peu sombres, monstres réaliste… Faut éviter. Il y a de gros risque qu’il ait des angoisses nocturnes par la suite.

    7 ans, on commence à apprécier des dessins animés avec un scénario un peu plus évolué mais on reste encore très sensible à la violences et aux ambiances. Au cinéma c’est la pire idée qui soit à cet âge franchement.

    Enfin c’est un peu tard mais j’espère que Papa Geek ne refera plus cet grosse erreur.

    • Stéfan dit :

      “Une façon pratique de savoir si le film est fait pour les enfants où nom c’est se poser la question :
      Y a t-il des enfants dans le film du même age ou d’un age inférieur à mon enfant?
      Si ce n’est pas le cas, c’est pas pour lui et il devra attendre d’être assez grand.”

      Merci pour cette règle, c’est si simple, pourquoi n’y ai-je pensé plus tôt ?

      Je vais donc éviter de montrer Blanche-Neige à mes enfants puisqu’aucun personnage du film n’est un enfant.
      Par contre je vais pouvoir leur montrer Insidious, puisqu’il y a des enfants.

Réagir à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.