Du PEGI sur les dictionnaires (pour de vrai)

Comme si la classification PEGI sur les jeux vidéo n’était pas déjà suffisamment imparfaite, elle se lance désormais à l’assaut des boutiques d’applications pour smartphones et tablettes, comme le Google Playstore qui l’utilise depuis juin dernier.

Désormais, les applis ont leur classement PEGI. Mais attention, pas uniquement les applications ludiques. Ca, à la limite, ce n’est pas complètement idiot (c’est même assez logique puisque les jeux consoles et PC sont classifiés). Les applications utilitaires sont aussi positionnées par rapport à une catégorie d’âge PEGI. Deux exemples ci-dessous, qui montrent bien à quel point c’est stupide. L’application Leclerc Drive, qui permet d’acheter des bouteilles de vodka, des lames de rasoir ou des gels lubrifiants Durex, est classée PEGI 3. L’application Hellfest, qui ne permet rien à part consulter le programme du festival, est classée PEGI 12…

Appli Leclerc Drive

Appli Hellfest

Plus gênant : cette classification pourrait à terme réduire l’accès des enfants aux applications de dictionnaires ou d’encyclopédies. J’ai reçu, suite à cette introduction du PEGI sur le Playstore Android, un étrange communiqué de la part de Paragon, un éditeur de dictionnaires pour smartphones et tablettes. Je m’attendais à lire qu’ils étaient scandalisés. Mais non, ils expliquaient juste qu’ils avaient évalué leur contenus, et que selon eux, comme les dictionnaires contiennent des définitions de mots vulgaires et de termes anatomiques explicites, ils devraient soit être classés PEGI 12, soit proposer un contenu qui s’adapte à la tranche d’âge de l’utilisateur (un dictionnaire qui s’autocensure, donc).

Quand on sait par ailleurs que la classification PEGI d’un logiciel peut être prise en compte par les mesures de contrôle parental afin de bloquer l’accès (j’ai galéré il y a quelques années pour créer un compte pour E. sur Age of Empires Online, dont j’estimais qu’il était parfaitement adapté à son âge, mais pas Microsoft, qui bloquait l’installation…), on peut s’interroger… Parce que quoi de plus génial pour un enfant que de chercher en cachette des gros mots dans le dictionnaire et d’être mort de rire de trouver des définitions tout à fait sérieuses de “connard”, “merde” ou “nichon” ?

Pour l’instant, les applis de dictionnaires semblent toutes classées PEGI 3. Mais si les éditeurs eux-mêmes militent pour du PEGI 12 ou plus, j’imagine que ça pourrait évoluer.

Finalement, quand j’ai créé ces quelques images de classification PEGI appliquées à autre chose que des jeux vidéo, ce n’était pas une fiction. C’était une vision du futur. Du PEGI sur des dictionnaires. Sans déconner. Bientôt il y en aura sur les fringues, avec du PEGI 18 sur les t-shirts à tête de mort.

1 réponse

  1. christophe dit :

    Les bras m’en tombent.. Un dictionnaire qui s’autocensure ?! Il faut espérer que ça ne va pas se généraliser.

Réagir à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.