Rube-Goldberg at home II, le retour

Résumé de l’épisode précédent : voir Rube-Goldberg dans ta chambre.

Passionnant récit de making-of

L’installation s’est étalée sur deux jours (moins que la première, donc, qui a été montée et filmée le même jour), heureusement entrecoupés de quelques pauses, sinon on aurait pété les plombs. On a commencé lundi midi et fini mardi soir. Malgré quelques leçons tirées de la première expérience (comme ne pas mettre de parties à base de dominos trop tôt dans le parcours, pour ne pas avoir à les remettre en place trop souvent), on n’a pas été super bons, avec 2 bonnes heures perdues à essayer de mettre en place un système à base de tourne-disques, qui jamais ne marcha comme prévu (donc absent de la vidéo). On voulait également utiliser un pistolet Boomco pour tirer une fléchette équipée d’une punaise, en direction d’un ballon de baudruche contenant une ou plusieurs billes, lesquelles auraient ensuite été récupérées par un entonoir pour poursuivre le parcours. Mais on n’a pas réussi à trouver de système permettant de déclencher le pistolet, on a essayé le choc d’un train, on a essayé un système de poulie avec un contrepoids, sans succès. On a également fini par éliminer l’idée parce que le ballon, une fois éclaté, c’est fini. Il faut donc un circuit 100% fiable, ce qu’on ne sait pas faire.

Autre erreur de conception qui nous a fait perdre énormément de temps et de patience : avoir fait confiance à Attrap’Souris. Le principe d’Attrap’Souris étant la réaction en chaîne, tu te dis que dans une énorme réaction en chaîne conçue à la main, s’il y a un truc qui doit toujours marcher à la perfection, c’est celui qui a été fabriqué en usine et conçu par des pros. Mais non. Ce jeu déconne. Dans mes souvenirs, il marchait mieux. Mais dans mes souvenirs, il n’était pas la pièce centrale d’une entreprise dont le succès conditionne notre santé mentale. Désormais je hais Attrap’Souris. Oui, je parle bien de la version d’origine, et pas de son infâme réédition moderne.

A cause de ces erreurs de conception, à 23h30 mardi soir, nous étions à bout de patience. Et comme les parties avec les dominos, les plus minutieuses à mettre en place, n’auraient pas survécu jusqu’au lendemain (chat, enfants non contrôlés le matin jusqu’à une certaine heure…), on a décidé de considérer qu’on ne ferait pas mieux que la prise que vous voyez dans la vidéo, dans laquelle une intervention manuelle de déblocage a été nécessaire, vers la fin. Frustrant, mais je pense qu’on en rigolera. D’ici un siècle ou deux, quand la douleur de l’échec sera passée.

A ce stade, nous avons fait le vœu solennel de ne plus jamais faire de circuit de ce type.

Mais on a des idées cool pour le prochain. Avec un tourne-disque. Et un pistolet à fléchettes qui tire sur un ballon de baudruche.

Pour les curieux, voici la recette du parcours réalisé, par ordre d’apparition :

  • Structure à base d’éléments en plastique pour billes (on en trouve dans les magasins de jouets), dans laquelle est placée la première bille (après lancement de la bande-son, le chef d’oeuvre des internets, McRoll’d, connu chez nous sous le nom de “Oleka”)
  • Rail de porte de placard
  • Parcours de rouleaux vides de papier toilette, coupés en deux longitudinalement et scotchés à un support vertical
  • Traversée sur rouleau de poster coupé en deux
  • Virage bricolé avec un goulot de bouteille et un rouleau de papier toilette
  • Rouleau vide de papier bulle, coupé en deux
  • Micro enchaînement à base de dominos, permettant de pousser la seconde bille
  • Traversée du bureau à la table sur une baguette de bois pour angle
  • Arrivée sur Attrap’Souris, dont le début a été zappé (on commence directement au seau avec la bille, la 3ème du parcours donc). Initialement, c’est le tourne-disque qui devait déclencher Attrap’Souris. Idée finalement abandonnée.
  • La cage d’Attrap’Souris, en descendant, soulève un domino qui bloque une bille sur une rampe. Celle-ci déclenche la première vraie chaîne de dominos.
  • Le dernier domino pousse un Kapla, qui en pousse un autre qui retient une bille d’Abalone.
  • Descente de la bille sur rails de train en bois (type Brio)
  • Chute sur une série de toms, basse, medium, alto
  • Arrivée dans un entonoir bricolé avec du carton et une bouteille vide découpée
  • Sortie sur une rampe pour Hot Wheels
  • La bille Abalone termine son parcours en venant frapper un mètre ruban, coincé en équilibre derrière le pied du canapé
  • En se libérant, le mètre s’enroule rapidement
  • Une ficelle relie l’extrémité du mètre au levier de contrôle du frein d’un train Plarail
  • Le train est libéré, il suit son parcours
  • En sortie de parcours, le train percute un domino
  • Deuxième chaîne de dominos, plus longue, installée dans un décor Playmobil
  • En fin de chaîne, montée d’un escalier pour aller faire tomber une 2ème bille Abalone, posée en équilibre sur le muret du fort Playmobil
  • C’est ici que ça a raté, dans la prise finale : la boule n’a pas été poussée, parce que le Kapla qui devait la pousser est tombé légèrement de travers
  • Pichenette manuelle par E. (10 ans) sur la ficelle qui retient la boule, lui permettant un mouvement de balancier
  • La boule fait tomber un CD, qui lance la 3ème et dernière chaîne de dominos (en l’occurrence des dominos CD)
  • Le dernier CD fait bouger une souris, ce qui fait sortir de veille l’écran de l’ordinateur
  • Musique de fin et vue sur un site internet choisi au hasard

5 réponses

  1. chat-loupe dit :

    Très impressionnant ! Je n’imagine pas la patience qu’il fallu avoir !

  2. zazamouk dit :

    impressionnant !
    Une bonne dose de patience pour les enfants et les parents, mais le résultat est top !!

  3. lafededents dit :

    Wow, quand même. Et j’adore le hurlement venant du coeur à la fin… Par contre, (tout) petit bémol : même moi qui lis vite, les titres du bêtisier vont un poil trop vite.

  4. yepun dit :

    Bravo ! Effectivement tu as dû avoir de la patience … surtout avec la bande son McRoll’d. Je ne connaissais pas. Ca devait-être saoulant à la fin !
    Bonne idée pendant les vacances. Hum, je ne sais pas si je vais avoir la patience 🙂

Réagir à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.