Quel âge pour ‘La Planète des Singes: L’Affrontement’ ?

Je suis allé hier soir avec E. (9 ans) voir le deuxième volet de la nouvelle trilogie de la Planète des Singes : après “Les Origines” sorti en 2011, voici venu le temps de “L’Affrontement“, dont l’histoire se situe environ 10 ans plus tard. Les deux films étaient projetés dans la même soirée, permettant de parfaitement suivre l’enchaînement des évènements, mais aussi de comparer plus facilement les deux épisodes, notamment concernant leur niveau de kid-compatibilité.

Montrez leur le film de 1968 avant !

Je commence par confirmer que si vous prévoyez de montrer à vos enfants ces nouveaux films, il serait vraiment dommage de ne pas leur montrer le film de 1968 avant.

La Planète des Singes, version 1968 : à voir impérativement avant !

Non seulement vous les priveriez de la surprise finale de ce film, mais en plus il leur sera beaucoup plus difficile d’apprécier à sa juste valeur le film original, aux moyens techniques forcément limités, et au rythme assez lent, après avoir vu ces films modernes bourrés d’action et d’effets spéciaux. Ajoutons à cela quelques références plus ou moins directes dans Les Origines, comme le surnom donné par les humains du labo au singe par lequel tout commence – Beaux Yeux – identique au surnom que donne le professeur Zira à l’humain incarné par Charlton Heston dans le film de 1968. Ou encore ces quelques secondes dans lesquelles il est question d’un vol spatial qui quitte la Terre et qui disparait dans l’espace (on ne sait pas encore si ce détail sera exploité dans le 3ème volet ou si c’était simplement un clin d’œil).

En résumé : on apprécie mieux les nouveaux films en ayant vu l’ancien avant, et on risque de ne plus pouvoir apprécier l’ancien si on le voit après.

L’Affrontement, plus sombre et plus violent que Les Origines

Venons-en à l’âge minimum conseillé pour voir La Planète des Singes – L’affrontement. Je pars du principe que vous avez déjà vu Les Origines (et votre enfant aussi), sinon aucun intérêt de voir ce second épisode.

On peut donc l’utiliser comme base de comparaison.

Alors que Les Origines raconte comment un singe devient intelligent et, grâce à cette intelligence, finit par se révolter pour se libérer de l’homme, L’Affrontement est beaucoup plus proche du film de guerre. Deux camps s’opposent : les hommes (enfin, ce qu’il en reste après une catastrophe qui a décimé la population) et les singes, qui se sont tranquillement installés dans la forêt, développant une société à mi chemin entre les Ewoks et les hommes préhistoriques (domestication du feu, construction d’abris, utilisation d’outils, développement d’une culture esthétique, transmission du savoir et des règles, etc.).

De cette tension entre les deux camps résulte un climat plus tendu que dans le premier film, où finalement ce n’est que sur la fin que ça se gâte entre les hommes et les singes.

César et le village des singes

Ensuite, on a droit à davantage de scènes de violence, avec pas mal d’affrontements au corps à corps entre les singes. Ces combats sont assez viscéraux, filmés de près, avec en plus une tension sonore renforcée par les cris des singes spectateurs, et parfois un peu de sang. Ceci peut impressionner des enfants peu habitués aux films contenant de la baston. Bien sûr ce n’est pas Fight Club, mais ça se castagne quand même assez sévèrement, entre chimpanzés mâles adultes.

Troisième chose, le film prend par moment des allures de survival horror, avec une poignée d’hommes luttant contre une menace presque humanoïde, dans un univers urbain post-apocalyptique où le danger peut survenir de partout. Remplacez les habituels zombies par des chimpanzés en colère armés de mitraillettes, et vous avez l’ambiance de quelques unes des scènes du film. On retrouve un peu la tension de Jurassic Park.

Pour ces différentes raisons, je situerais l’âge minimum conseillé pour La Planète des Singes – L’Affrontement environ 1 ou 2 ans au dessus de l’âge que vous estimez bon pour Les Origines.

Pour moi, 9-10 ans est le bon âge minimum pour voir ce second volet, à condition que l’enfant ait déjà un peu l’habitude des films avec de l’action armée, des affrontements physiques, quelques enjeux de civilisation et une légère dose de peur.

Au fait, le film est-il bien ?

Je trouve que le second volet manque d’un personnage humain principal aussi intéressant que celui incarné par James Franco dans le premier film ; même le personnage de Gary Oldman, seul acteur vraiment connu ici, passe au second plan. C’est peut-être voulu : les stars sont clairement les singes, en particulier César (toujours incarné par Andy ‘Gollum’ Serkis) et Koba (apparu sur la fin du premier film). A ce propos, les progrès techniques réalisés en 3 ans pour la modélisation des singes sont impressionnants. Alors que dans Les Origines on sentait encore par moments l’image de synthèse, ici ça devient troublant de réalisme, même sur les très gros plans sur les visages. Du coup, quand les singes parlent ou pleurent, ce n’est pas ridicule (contrairement au chat qui parle dans la pub pour Feu Vert).

César

J’ai trouvé 1 ou 2 éléments du scénario un peu difficiles à croire (la maîtrise immédiate des armes à feu sans entraînement, le fait de retomber comme par hasard sur la maison où vivait César dans le premier film…), mais dans l’ensemble l’histoire se tient et montre bien le renversement des pouvoirs entre l’homme et le singe. Ni trop complexe ni simpliste, elle permet à tout le monde de s’y retrouver.

Les scènes de combat sont très bonnes (si vous aimez les singes avec des mitraillettes et le street fighting entre chimpanzés mâles dominants), sans égaler à mon goût toute la séquence qui commence à l’évasion du refuge pour se terminer sur le Golden Gate à la fin du premier volet.

Personnellement, j’ai préféré Les Origines, plus subtil et plus varié dans ses ambiances. Mais E. a préféré L’Affrontement (il faut dire que les singes à cheval avec des mitraillettes, au galop dans les rues de San Francisco au milieu des explosions, ça en jette). Les deux films sont finalement très bons, et à considérer ensemble. Je les ai tous les deux trouvés plus intéressants, intelligents et divertissants que le récent Godzilla, finalement plus anecdotique (pour rester dans la catégorie des films avec bestiole(s) qui s’en prenne à l’humanité).

On attend maintenant la suite afin de voir comment l’ensemble s’articule et se conclut.

La Planète des Singes – L’Affrontement : bande-annonce

Hey, psst ! N’oublie pas de t’abonner à Geek Dad Power, par flux RSS, bon vieux mail, Facebook ou Twitter !

9 réponses

  1. Fred dit :

    Toujours aussi passionnants tes commentaires Stéfan : ça fait un moment que je n’étais pas venue et je trouve d’emblée la réponse à la question (existentielle) que je me pose.
    Mon plus jeune enfant en âge d’aller au ciné va avoir 9 ans mais comme il n’a pas été impressionné par Jurassic Park (“c’est pas en vrai”), je pense qu’il va adorer, même si je crains un peu les scènes de combat et la tension lorsque les singes s’attaquent aux humains. Pas sûr que ça passionne ma fille de 10 ans, mais je vais suivre ton conseil et leur projeter la Planète des Singes 1968. L’équipe Charlton Heston/Roddy Mc Dowall fera-t’elle le poids face au tandem James Franco/Andy Serkis ? A suivre…
    P.S. : on n’en apprend tous les jours : dans la pub Feu Vert je pensais que c’était un VRAI chat qui parlait, je suis bluffée ;o)

    • Stéfan dit :

      Oui, je pense qu’un enfant qui n’a pas été traumatisé par Jurassic Park ne craint pas grand chose de cette Planète des Singes 2014.

      Par contre, tes enfants ont-ils vu “La Planète des Singes : les Origines” (le film de 2011, celui avec James Franco) ?
      Mon article n’était peut-être pas hyper clair.
      L’ordre que je conseille est :
      1. La Planète des Singes, le film de 1968 avec Charlton Heston
      2. La Planète des Singes : les Origines, le film de 2011 avec James Franco
      3. La Planète des Singes : l’Affrontement, le film de 2014

      Sachant que si on se rend compte, au visionnage, que “Les Origines” est déjà trop impressionnant pour un enfant, alors il vaut mieux attendre 1 ou 2 ans avant de lui montrer “L’Affrontement”, plus sombre.

      Pour le chat de Feu Vert, je ne suis pas sûr à 100% que c’est un faux chat, mais plusieurs sources concordantes semblent l’indiquer. Par contre je n’ai toujours pas compris le rapport entre la réparation de voitures et un chat blanc.

  2. Fred dit :

    Peut-être que le chat blanc donne un message de propreté, sous entendu : même un chat blanc pourra passer sous votre voiture après son passage dans nos ateliers, aucun risque de fuite d’huile… Ou peut-être que je me pose trop de questions finalement ???
    Ton article est très clair, c’est moi qui pense plus vite que j’écris ou l’inverse : mes enfants ont vu “les origines” donc ce n’est sans doute pas le moment de les embrouiller avec la planète des singes 1968 avant de les emmener voir “l’affrontement”.
    Je pense que c’est à chacun d’apprécier ce que ses propres enfants sont capables d’encaisser. Les miens sont fans d’Harry Potter et du Seigneur des Anneaux dont certains passages ne sont pas franchement drôles mais où le côté “grand spectacle” l’emporte sur le côté sombre. Un bon film n’est pas forcément synonyme de franche poilade. A la maison on est fans de Jeunet dont l’univers onirique et fantastique fascine mais ma fille de 12 ans a détesté “la cité des enfants perdus” qui verse trop dans le “côté obscur” par exemple.
    Pour moi la limite à ne pas dépasser, c’est King Kong (2005) : magnifique mais trop angoissant, trop violent.
    Et que penses-tu de la planète des singes version Tim Burton ?

    • Stéfan dit :

      Je ne me souviens plus du tout de la version Tim Burton, que j’avais pourtant vue au cinéma. Mon seul souvenir, très flou, est une statue similaire à celle du président Lincoln sur son fauteuil, mais avec une tête de singe, à la fin du film (en gros, au moment où dans le film de 1968, on voit la statue de la liberté). Je ne sais plus pourquoi, j’avais été déçu.

      Peut-être faudrait-il le revoir… mais je crains qu’à côté des films de 2011 et 2014, il paraisse bien fade.

      • LE Nelge dit :

        La fin avec la statue de Lincoln est sensée être identique ou presque au bouquin, mais cinématographiquement c’est nettement moins fort que la fin de 68.
        Vu qu’une fois y a longtemps mais j’ai gardé l’image d’un film insipide. Le film 1968 est bien plus intéressant que le Burton.

      • Master of the Universe dit :

        Je confirme que moi aussi je ne me souviens que de la statue de Lincoln et d’un film inspide alors que je l’avais vu au cinéma.

  3. Master of the Universe dit :

    Non mais il est très bien ce chat. Je suis trop fan, surtout quand il imite Sherlock Holmes !

    • Stéfan dit :

      On en reparlera quand les chats se seront révoltés et que le chat de Feu Vert se pointera chez toi avec une kalachnikov.

      La Planète des Chats.

      • Master of the Universe dit :

        Tu ne penses pas qu’ils préféreraient dormir plutôt que de se révolter ?

Réagir à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.