Quel âge pour Bohemian Rhapsody (le film) ?

Bon, il est vrai que cet article arrive un peu tard pour la sortie cinéma, mais il est presque à l’heure pour la sortie DVD et Blu-Ray du film, et est carrément en avance pour la diffusion à la télé sur France 3.

Sex, drugs and rock’n’roll ?

Les biopics rock ne sont pas toujours les films les plus adaptés pour les enfants, en raison de leur généralement forte teneur en excès en tous genres – en particulier drogue et sexe. Exemple récent : avez-vous vu le récent The Dirt sur Netflix, consacré à Mötley Crüe ? Je vous le conseille (instructif et amusant) mais je le déconseille à vos enfants, sauf s’ils sont déjà acclimatés aux scènes de sexe (niveau approximatif : Game of Thrones) et d’injection d’héroïne.

Bohemian Rhapsody, une vie d’excès racontée avec subtilité

Bohemian Rhapsody contient aussi ces ingrédients – sexe et drogue. Difficile de raconter la carrière du groupe et la vie de Freddie Mercury sans aborder ces sujets. Mais ces ingrédients ne sont jamais montrés de façon explicite, ils ne sont qu’évoqués de façon discrète par des éléments de dialogue, des indices dans le décor (trace de cocaïne sur une petite table, par exemple), et des ellipses. Le film a été critiqué par certains pour son côté trop lisse, mais c’est également sa force : il fait passer des messages et des idées sans avoir besoin d’être trop explicite. La scène au cours de laquelle Freddie Mercury apprend qu’il a le SIDA en est emblématique : pas un seul mot prononcé pendant cette séquence, uniquement des images, la chanson Who Wants to Live Forever en fond, et une ambiance qui permet de comprendre sans avoir besoin de davantage d’explications.

Le film combine intelligemment des passages tristes et des situations difficiles, et des moments plus légers qui permettent de faire retomber la tension. La musique de Queen, omniprésente et généralement enjouée, contribue aussi à adoucir la tonalité d’ensemble du film.

Bohemian Rhapsody réussit ainsi l’exploit de raconter l’histoire d’un groupe de rock marqué par les excès des années 70 et 80, tout en restant parfaitement visionnable en famille. Je ne vois personnellement aucune contre-indication à montrer ce film à des enfants à partir d’environ 7 ans. Il n’est certes pas garanti qu’à cet âge, ils comprendront tous les ressorts émotionnels et psychologiques qui animent les personnages, mais ils apprécieront la musique, la trame générale de l’histoire de la création de ce groupe mythique. Et au passage, pourront découvrir qu’un garçon peut aimer les garçons aussi bien que les filles. Et rien que pour ça, ça vaut le coup : ce n’est pas chez Disney qu’on trouvera des œuvres présentant l’homosexualité…

Sur un plan purement technique, je signale que la version française est plutôt bien faite, avec une combinaison intelligente des dialogues (en français) et des chansons (en anglais) – ce qui n’est pas toujours évident dans les films à contenu musical chanté.

Vers le rock de Queen et au delà !

Avec un peu de chance, vos enfants seront séduits par la musique de Queen, souhaiteront en entendre davantage, et commenceront à s’intéresser un peu plus au rock qu’aux nullités qui passent actuellement à la radio et à la télé. Si c’est le cas, mes recommandations personnelles pour leur faire découvrir l’oeuvre de Queen seraient de commencer par les albums A Night at the Opera et A Day at the Races, ainsi que par les compilations Greatest Hits 1 et 2, que vous pouvez obtenir dans le coffret Platinum Collection (avec un pseudo Greatest Hits 3, qui est plutôt un assemblage de bonus qu’un véritable best of). Côté live, je recommande le concert à Montréal en 1981, un concentré d’énergie rassemblant les meilleurs titres de la quasi première décennie de carrière du groupe.

Rappel : concernant les recommandations d’âge pour les films du Guide du Parent Galactique.

2 réponses

  1. Audrey34 dit :

    Ben justement je l’ai regardé hier !
    Une pure merveille ! J’ai grandi en écoutant du Queen. Au début des années 90, le papa noël m’avait amené la VHS du live de Wembley en 86 !

    Le film est retrace merveilleuse sa vie et sa carrière. Le passage sur le VIH est poignant. On est obligé de se dire que si la contamination avait eu lieu de nos jours, il serait certainement encore parmi nous.
    Je pense que je vais revisionner le film dans pas longtemps mais avec mes garçons (10 et 8 ans) dont le grand adore ses morceaux

  2. Mickski dit :

    Je ne partage pas ce point de vue. Si, comme le dit fort justement cet article, ce film n’est jamais dans la démonstration mais bien dans la suggestion et l’évocation, il n’en présente pas moins des thématiques pour la plupart adultes et, en ce sens, totalement sans intérêt pour un enfant de 7 ans. Ce que j’appelle un film familial, moi, c’est un De Funès, un Fernandel, un Belmondo (à part certains). Là, on est tout de même loin de la légèreté de ces films.
    C’est vrai, cette absence de démonstration permettra qu’un enfant de 7 ans ne soit pas choqué. Mais en contrepartie, il ne va pas comprendre grand chose au film et ne fera que perdre son temps tandis que son cerveau s’imbibe béatement d’images sans grand sens pour lui. Qu’il aille plutôt lire un bon Jules Verne : il sera toujours temps de découvrir ce très bon film plus tard.

    Pour ma part, je déconseillerai ce film aux moins de 10 ans.

Réagir à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.