Quel âge pour Chappie ?

Chappie

Chappie, un des nombreux films de science-fiction prévus cette année, vient de sortir en ce mercredi 4 mars.  Réalisé par le Neill Blomkamp (District 9), on y retrouve les ingrédients du film qui a fait connaître le Sud-Africain : de la science-fiction crédible dans un futur proche, réaliste et cradingue. L’histoire de Chappie se déroule en 2016, à Johannesburg. La criminalité ayant atteint des records, les forces de l’ordre se dotent de policiers robots. Un de ces robots, par un enchaînement de circonstances à découvrir dans le film, finit par être doté d’une intelligence artificielle si perfectionnée qu’elle le rend conscient. Pas de bol, cet éveil à la conscience ne se produit pas dans un environnement contrôlé et favorable, mais dans un squat occupé par une famille de criminels.

L’histoire étant posée, venons-on à la question principale de cet article : à partir de quel âge un enfant peut voir Chappie ? Bien entendu, il faut comme d’habitude lire le présent avis en ayant parcouru les principes généraux décrits ici. La réponse courte est la suivante : prenez l’âge minimum que vous tolérez pour Les Gardiens de la Galaxie, et ajoutez 2 ans. Chappie est plus violent, contient une bonne dose de gros mots (“connard”, “putain”, “fils de pute”, la version Chappie “pute de fils”…), et se déroule dans un monde réaliste sur fond de criminalité.

Chappie

Chappie

J’ai vu dans la salle une grand-mère avec son probable petit-fils, d’environ 4-5 ans. A mon avis elle a dû croire que Chappie c’était comme Wall-E. Ne vous fiez pas au titre tout mimi et à l’affiche gentille et colorée : Chappie est un film de gangsters autant qu’un film de science-fiction. D’ailleurs, regardez la un peu mieux, cette affiche. Vous n’avez pas remarqué le flingue en bas à gauche, à côté des cubes pour bébé ?

Pour autant, ce n’est pas un film que pour les adultes. C’est un très bon divertissement, certaines scènes sont très drôles, d’autres très tristes ; aucune scène effrayante à signaler, aucune scène sexuelle (mais des tags parfois explicites sur les murs – d’ailleurs effacés dans la bande-annonce !), par contre, oui, une bonne dose de scènes de fusillades et un peu de violence au corps à corps, et une réalisation assez nerveuse.

En plus d’être divertissant, Chappie offre des ouvertures sur des sujets comme l’intelligence artificielle, la robotique, le transhumanisme – sans pour autant tomber dans la grandiloquence ou le côté vertigineux d’un Matrix : on reste à échelle humaine, l’histoire se déroule sur quelques jours seulement, les personnages sont peu nombreux. Ce n’est pas un film philosophique dans lequel les personnages débattent des conséquences positives ou négatives de la technologie (ce que certains spectateurs regretteront peut-être) ; c’est un film d’action dramatique, dans lequel ces questions sont illustrées par ce qui se passe. Au delà des sujets technologiques, un des autres thèmes principaux du film est l’importance de l’éducation, de l’environnement familial, de la relation entre l’enfant et ses parents (ici, Chappie qui au départ a la conscience d’un bébé, et qui quelques jours deviendra enfant puis ado). On retrouve dans Chappie des réminiscences d’E.T. ou de Pinocchio.

Tout ceci est très bien et – je trouve – plus excitant qu’un Big Hero 6 (pas pour le même âge, certes). Si votre enfant a vu des films comme Les Gardiens de la Galaxie (pour la baston), Gravity (pour la tension) ou Interstellar (pour le côté science-fiction dans un environnement peu réjouissant) et que vous pensez qu’il peut passer à quelque chose un cran au dessus, vous pouvez l’amener voir Chappie. Personnellement j’y suis allé avec E. (9 ans presque 10), et à part une ou deux scènes sanglantes (heureusement très brèves), je ne regrette pas. L’histoire est intense mais simple à comprendre (pas comme Interstellar, donc) dès lors qu’on a une vague compréhension de ce qu’est un robot, un ordinateur et un programme. Pour moi, Chappie – le robot le plus cool, le plus sympa et le plus émouvant depuis longtemps au cinéma – est kid-compatible à partir de 10 ans, à condition d’être passé par des étapes préalables avec d’autres films dans la veine de ce que je viens de citer.

2 réponses

  1. Dehaudt dit :

    Apparue dans mon collimateur comme étant un des films intéressant à voir en 2015.
    CHAPPIE est devenu encore plus intéressant lorsque j’ai compris que c’était Neill Blomkamp au commandes.
    Pour rappel il est derrière l’exellent
    DISTRICT 9

    http://www.imdb.com/title/tt1136608/combined?mode=desktop

    Et
    Par contre, le moins plaisant ELYSIUM

    http://www.imdb.com/title/tt1535108/combined?mode=desktop

    J’ai réussi à emmener ma chérie avec moi car on ne sort pas indemne d’un film de ce réalisateur (ça promet pour alien 5).

    Oui les images sont toujours bluffantes de réalisme,
    L’Afrique du Sud encore une fois montrée comme une Sodome ou une Gomorrhe,

    Les thèmes…
    La violence de notre monde
    La différence (culturelle, sociale, religieuse) et toutes ces formes d’affrontement.
    Dieu
    La vie après la mort
    Et
    Le nouveau thèmes qui a une place centrale
    L’éducation (ou la parentalité diront certains)

    Le pitch :
    Dans un Johannesburg vérolé par la violence le nouvel outil de la justice pour combatre le crime est une armée de robots (Robocop ?)
    Autonomes, légers, efficaces.
    Les SCOUT, Créés par Déon, un scientifique qui passe C’est jours et ses nuits à créer une intelligence artificielle (IA).
    Dans la même société il y a Vincent, un ancien militaire qui à créer lui, un robot lourdement armé et piloté à distance dont personne ne veut.
    Déon réussi à terminer son programme et à l’implanter dans un Scout.
    Le robot devient alors un enfants (de bébé à adolescent puis adulte) dont les pages vierge de la conscience et l’intelligence seront remplie par son entourage (éducation). Mais pas celui que l’on penserai.
    L’aventure suis donc le dur apprentissage d’un enfant robot dans un monde violent et clivé.

    J’avoue avoir été moins touché que dans DISTRICT 9, même si les relations entre les protagonistes m’ont tiraillé entre colère et compréhension.
    Cependant le dénouement du film m’a laissé sans voix…

    Mes convictions ont été également beaucoup sollicité.
    Un humain créant artificiellement un être doué de conscience !!! (heureusement qu’elle n’est pas mauvaise comme dans Ghost un The Shell).
    Le méchant est un humain poussé par des mauvais desseins individualistes et aveuglé par la jalousie. (et curieusement ou, pour appuyer une antireligiosité me signale ma femme, ce Vincent est le seul qui affiche ça religion au travers d’un “signe de croix”)

    La violence qui nous frappe à travers l’écran contraste avec des humains plein d’amour et de principes.

    Ce n’est pas un film tendre avec nos coeur et nos conceptions occidentales.

    Je conseil ce film pour vous réconcilier avec l’amour de son prochain, les valeurs familiales

    Nota :
    Ce n’est pas non plus un film pour enfant.
    Je dirait mini 12 ans et déjà bien préparé à la signification de la violence. Le langage utilisé l’est tout autant.
    Et ceux qui disent “faut bien que nos enfants voient la réalité pour qu’ils y soient préparés”
    N’auront rien compris au “film” qui le dénonce et aux “films” en général.
    Ou n’aime pas leurs enfants…
    Mon avis sur CHAPPIE

    TDe974

Réagir à cet article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.